Рубрика: Conflit en Ukraine

The Thor unit : ces bouchers du front ukrainien, travaillant avec l’aide de la CIA

Quelques publications sont sorties dans les médias anglo-saxons, les nôtres se taisent comme à leur habitude, sur une unité ukrainienne très spéciale, The Thor unit, dont le but est de mutiler les militaires russes. Un véritable travail de boucher, qu’ils font avec fierté et avec l’aide de la CIA.

Centrale nucléaire de Zaporojie : l’AIEA change de stratégie, pour mieux stigmatiser la Russie

Grossi, le directeur de l’AIEA, intervenant devant le très américain Conseil des relations internationales, vient de déclarer qu’il n’est plus question d’une zone démilitarisée autour de la centrale nucléaire de Zaporojjie … car cela conduirait l’Ukraine à reconnaître son appartenance à la Russie. Une nouvelle ligne — communicationnelle — est donc ouverte : empêcher la Russie de se bombarder elle-même. Logique. L’objectivité de l’AIEA est encore une fois démontrée, dans la digne lignée des organismes  globaux aujourd’hui. 

Nouvelle escalade dans le conflit ukrainien : la Grande-Bretagne se prépare à envoyer des obus à l’uranium appauvri

Le conflit en Ukraine entre l’Axe atlantiste et la Russie continue à monter en intensité. Au-delà du financement militaire toujours plus important apporté par les pays atlantistes, un changement de qualité des armes fournies est annoncé par la Grande-Bretagne, avec la fourniture d’obus à l’uranium appauvri. Même si la Russie ne veut pas d’une Troisième Guerre mondiale et tente de garder une mesure dans son action, cela l’obligera elle-aussi à passer à un cran supérieur. Les pays européens, sont-ils conscients d’être mis en première ligne par leurs élites alignées ?

La contre-offensive ukrainienne du printemps : vers une confrontation directe entre l’OTAN et la Russie ?

Différents avis circulent au sujet de la contre-offensive ukrainienne annoncée pour le printemps. D’un côté, le Washington Post assure que, selon des sources ukrainiennes, l’armée ukrainienne a subi trop de pertes humaines pour pouvoir assumer une contre-offensive générale, quand certains réseaux russes estiment que cela reste possible, que l’Ukraine s’y prépare, mais qu’une implication directe plus évidente des pays de l’OTAN doit l’accompagner. En fait, ces deux points de vue ne sont pas forcément contradictoires. Et la question qui en découle est simple : la contre-offensive du printemps, va-t-elle conduire à une entrée directe des pays de l’OTAN dans le conflit ukrainien contre la Russie ?

L’Axe atlantiste face à l’impasse de la création d’un tribunal international légal et légitime contre la Russie

Depuis quelques jours, les déclarations quant à l’urgence d’un tribunal international contre Poutine et la Russie s’intensifient en Occident, au fur et à mesure que l’armée ukrainienne recule. Au-delà de la dimension communicationnelle et politique, l’Axe atlantiste se heurte à deux problèmes, difficilement surmontables, pour mettre en place une instance un tant soit peu légitime : politiquement, ils n’ont pas gagné la guerre pour utiliser la variante «Nuremberg» et, juridiquement, ils sont limités par le veto de la Russie au Conseil de sécurité de l’ONU pour une variante post-Nuremberg. Faute de grives, on mange des merles et la solution irakienne, d’un jugement national téléguidé de l’étranger, commence à s’imposer pour l’Ukraine. C’est le low cost de la justice internationale politisée au niveau national, d’un false state, comme l’est l’Ukraine.

L’Ukraine, va-t-elle encore perdre des régions ?

Le problème du gouvernement à Kiev aujourd’hui est de devoir tenir les régions de l’Est par la force et la terreur. Des bruits commencent à courir selon lesquels, des régions pourraient ce printemps rejoindre la Russie — par la volonté de leurs habitants. Mais pour cela, il leur faudra bien la protection physique directe de la Russie.

Blinken / Lavrov au G20 : quand les diplomates doivent s’excuser de faire de la diplomatie

Tout en refusant haut et fort de rencontrer son homologue russe, Blinken s’est approché pour une discussion dans les couloirs. Quoi de plus normal, entre diplomates, que de discuter ? C’est bien l’intérêt de ces grandes messes globales, que de permettre des rencontres informelles. Mais ce temps est révolu. Désormais, le porte-parole du Département d’Etat a dû refuser de s’excuser devant les journalistes de cette discussion. Donc, désormais, la question d’une excuse pour échange diplomatique avec la Russie se pose dans les pays de L’Axe. De quel processus de paix parliez-vous?

Drones et sabotages : renforcement de l’utilisation de pratiques terroristes en profondeur sur le territoire russe

Les pratiques terroristes sont de plus en plus ouvertement utilisées par l’armée atlantico-ukrainienne contre la Russie, sur son propre territoire. Faute de ne pouvoir entrer ouvertement en guerre contre elle, l’Axe atlantiste cherche à déstabiliser la situation et faire entrer la peur dans le quotidien de la population russe, qui semble vaccinée sur ce point, en lançant des attaques de drones notamment sur des cibles civiles. Il suffit pour s’en convaincre de lire les productions des médias atlantistes, exultant de la tombée d’un drone dans la région de Moscou et appelant cela une grande victoire contre la tranquillité de la population. Le conflit continue à monter en intensité.

Hitlerjugend : des adolescents néonazis arrivent sur la ligne de front en Ukraine

Le fanatisme dévore les sociétés comme la lèpre, détruit les hommes dans leur essence. C’est exactement ce que nous voyons avec ce conflit en Ukraine. La formation dès l’enfance des jeunes Ukrainiens et leur embrigadement dans des camps militaires tenus par les groupes extrémistes Azov, Secteur droit ou Aïdar produit ses effets : ces adultes déshumanisés font le sale travail comme des automates, pendant que, désormais, des adolescents arrivent sur la ligne de front. C’est cela que nos pays européens financent en Ukraine — au nom de la démocratie. Les Hitlerjugend sont arrivés !

USA / Russie : Quand Borrell se vante d’avoir entraîné les Européens dans la guerre en Ukraine

Joseph Borrell présente une constance certaine dans ses déclarations : pour le responsable de la diplomatie européenne, il ne parle que de guerre. Il la soutient de toutes ses forces, de tout son être. Elle est manifestement devenue sa raison d’être. Il détaille ainsi au Financial Times, comment il a entraîné les pays européens dans l’armement de l’Ukraine en détournant les textes normatifs et en utilisant pour cela le Fonds de la paix, qui finance la guerre, dans la plus pure tradition orwellienne. Une belle réussite, que l’on voit confirmée par le vice-amiral H. Bléjean, devant l’Assemblée nationale française. Avec détail des coûts et des engagements à venir.

Conflit Ukraine : Biden, mène-t-il le monde vers une Troisième Guerre mondiale ?

En Ukraine, la victoire sera sur le champ de bataille, c’est en tout cas ce que répètent comme une prière tous les dirigeants de la mouvance atlantiste, annonçant toujours plus d’armes et de formation des militaires se battant sous uniforme ukrainien. Après la Grande-Bretagne, la France envisage la formation des pilotes de chasse, Biden passe dans son fief de Kiev avant de regonfler ses vassaux en Pologne. Pour l’instant, ils nous font se battre par procuration, mais cela sera-t-il possible encore longtemps ?

Conflit en Ukraine : les Etats-Unis, sont-ils un pays terroriste ?

Le terrorisme est au coeur de ce conflit ukrainien et le rôle des Etats-Unis n’est pas négligeable. Non seulement, ils préparent, selon le Renseignement russe, des attaques sur le sol national, mais leur responsabilité dans l’attentat contre le gazoduc Nord Stream fait de plus en plus de bruit. La Russie convoque d’ailleurs à ce sujet une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU ce 22 février, alors que l’aveuglement des pays de l’Axe touche à son paroxysme.

Conflit en Ukraine : de «l’Armée nazie de libération russe» à la «Légion atlantiste de la Russie libre»

La guerre de l’information n’a pas été créée aujourd’hui et les méthodes se répètent. Lors de la Seconde Guerre mondiale, les Nazis ont créé de toute pièce une mythique «Armée de libération russe» ou «armée de Vlassov», dont le but, outre les répressions contre les civils, était principalement politique et propagandiste : des Russes se battent contre Staline. Les pays de l’Axe reprennent aujourd’hui cette technique des Nazis, en déclarant haut et fort la constitution d’une Légion de la Russie libre, composée de Russes, qui se battent contre Poutine — et contre la Russie, comme leurs ancêtres. Dans ce scénario, toute ressemblance avec les méthodes des nazis n’est pas fortuite.

Escalade du conflit : la Grande-Bretagne arme l’Ukraine pour frapper la Crimée

Quand les pays de l’Axe atlantiste affirment, que les armes fournies ne toucheront pas le territoire russe, ils retiennent leur conception du territoire «russe», celle qui nie la volonté des peuples légitimement exprimée après le démantèlement de l’Etat ukrainien en 2014. Or, nous voyons petit à petit la Crimée entrer dans la catégorie des cibles légitimes, du point de vue de ces pays. Il est certain que, dans ce cas, la Russie entrerait réellement en guerre. Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, eux, sont loin, ce qui leur facilite la tâche de l’escalade militariste. En tout cas, une forme de psychose collective s’est emparée des nations européennes.

Billet franco-ukrainien : Macron offre le déshonneur de la France à Zelensky

Zelensky a commencé sa tournée européenne par Londres, dont l’engagement sans frein dans le conflit ukrainien, doit servir de locomotive à Paris et Berlin, puis donner mauvaise conscience aux pays de l’UE, qui sont encore réticents au suicide collectif sur injonction du grand gourou atlantiste. Il s’agit bien de gourou et de pression, nous sommes depuis longtemps sortis du rationnel et de l’intérêt national. A chaque époque ses héros. Macron décore Zelensky de la Légion d’honneur, l’un et l’autre se valent bien, chacun déshonorant et détruisant le pays qu’il est censé gouverner. Jusqu’au bout, jusqu’à la guerre, comme le promet Macron. La France, encore une fois, va devoir se libérer !