Автор: Karine Bechet-Golovko

La Russie exclue du conseil exécutif de l’OIAC : à quand les accusations d’attaque chimique en Ukraine ?

La Russie vient pour la première fois de perdre son siège au sein du Comité exécutif de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques, ce qui renforce un bloc européen Est, russophobe et atlantiste. Cette sortie est le résultat d’une politique agressive menée par les Etats-Unis au sein de cette organisation pour évincer la Russie. Désormais, nous pouvons attendre la démultiplication des accusations de recours à l’arme chimique en Ukraine par l’armée russe, comme ce fut le cas contre Assad dans la guerre en Syrie.

La Hollande organise le vol de l’or des Scythes de Crimée par l’Ukraine

Les richesses historiques du Sud de l’Empire russe ont toujours fait rêvé. Et l’incroyable collection de l’or des Scythes ne fait pas exсeption. Ainsi, la justice hollandaise a décidé de ne pas rendre aux musées de Crimée des collections leur appartenant historiquement, mais de les envoyer à Kiev, où ils seront entreposés à la Laure de Kiev. Parallèlement, cet été, un grand nombre d’artefacts de la Laure-même ont été discrètement envoyés vers les capitales européennes de Paris, Londres ou Rome sous le haut patronage de l’UNESCO. Il est vrai que le pillage culturel est une grande tradition européenne et à chaque fois, il s’agissait de «sauver» les richesses … des autres pays. 

Billet du lundi : quand le Gouvernement français met tant de coeur à enterrer la France

Le vote de la nouvelle loi sur l’immigration en France est l’occasion de toutes les tartufferies. Sur fond de conflit israélo-palestinien, le discours politico-médiatique a un temps entrouvert la porte à la question de l’immigration massive, qui importe avec les hommes des conflits ethniques et religieux étrangers à la France. Tous les petits pas en avant se sont doublés de grands pas en arrière et finalement Roland Lescure met les pieds dans le plat : la France est morte, vive l’immigration.

Guerre en Ukraine : les journalistes russes, cibles de l’armée atlantico-ukrainienne

Logiquement, dans les zones de combats, les journalistes signalent leur présence par des signes vestimentaires distinctifs, afin que les forces armées en place puissent les épargner — puisqu’ils ne sont pas combattants. Ce principe universel ne s’applique pas au conflit en Ukraine, où les journalistes russes évitent de se faire remarquer lorsqu’ils couvrent la zone de front, pour ne pas devenir, justement, une cible. Hier encore, l’armée atlantico-ukrainienne a touché un groupe de journalistes, qui préparaient un reportage sur les dégâts commis par cette armée dans les villages de la région de Zaporojie. Les témoins gênants doivent être écartés, pour pouvoir tranquillement construire un discours politico-médiatique totalement fantasmagorique.

Billet du jour : les BRICS, l’Argentine et la lutte contre la (dé)globalisation

Les dernières déclarations du tout nouveau Président argentin, annonçant notamment la fin de monnaie nationale eu profit du dollar, soulèvent beaucoup de questions au sujet des BRICS en particulier et de la lutte contre la globalisation en général. Peut-on en principe vaincre un adversaire avec ses propres armes ? Ces fameux «pôles» du monde multipolaire peuvent-ils regrouper des pays, sans qu’une ligne interne au pôle ne soit établie et gardée grâce à une hiérarchie ? Les délires argentins obligent à sortir d’une vision bisounours du «monde multipolaire» et à revenir aux fondamentaux des relations internationales : soit tu gouvernes, soit tu es gouverné.

La Finlande ferme en partie sa frontière avec la Russie : l’Occident a la nostalgie du Mur

L’Union européenne et la Finlande accusent la Russie de mettre en danger la sécurité en Europe en provoquant un afflux d’immigrés africains en situation irrégulière. Cet afflux est effectivement … très important — moins de 300 demandes depuis septembre et une trentaine ces derniers jours. Depuis quand l’UE, qui prône la doxa globaliste No Borders et empêche l’Italie de refuser d’accueillir les immigrés clandestins est-elle inquiète pour quelques Africains de plus ? Il a fallu un prétexte pour commencer à fermer la frontière avec la Russie, celui-ci a été servi sur un plateau. 

Khodorkovsky toujours au centre de la guerre des Etats-Unis contre la Russie

L’activité extérieure en vue de la manipulation de l’opinion publique est une composante classique des combats géopolitiques et des guerres traditionnelles. La Russie a souvent été accusée par l’Occident d’utiliser les réseaux sociaux pour influencer les sociétés en Europe et aux Etats-Unis. En attendant, l’inverse ne provoque aucun doute : d’importants fonds américains sont versés à des structures situées à Vilnius et à Tbilissi pour discréditer le pouvoir lors de l’Opération militaire en particulier et tester le potentiel de révolte en général. Une enquête concernant la Free Russian Foundation et les fondations autour de Khodorkovsky, a révélé un sursaut d’activité en Europe et en Russie depuis le début de l’Opération militaire.

L’Axe atlantiste diversifie sa stratégie en Ukraine : de l’implication de l’UE et de l’OTAN directement contre la Russie

Tous les médias occidentaux le reconnaissent, l’offensive atlantico-ukrainienne s’essouffle et pour atteindre les résultats envisagés, à savoir un refoulement significatif de la Russie, il faut injecter sur le front ukrainien des forces humaines et des armes, que ces pays soit n’ont pas, soit ne sont pas prêts à introduire ici. Face à cet enlisement, l’Axe atlantiste teste une autre option de combat, celle de mettre l’Ukraine, sans trop en préciser les frontières, sous protection de l’OTAN et de l’UE, en l’intégrant. Non pas comme «plan de paix», mais pour libérer des forces aux frontières de la Russie. Ce qui la conduirait à devoir formellement répondre contre ces organes. Pourtant, ce scénario non plus n’est pas sans faille. Analyse.

Conflit en Ukraine : les Etats-Unis veulent instaurer «une justice globale» politique contre la Russie

Les Etats-Unis annoncent l’octroi d’un million de dollars au Centre international d’enquête (à charge) du crime d’agression contre l’Ukraine, fondé formellement par Eurojust et la Commission européenne. La justice pénale internationale, qui était avant présentée comme la justice des vainqueurs, est devenue avec le temps un instrument politique accompagnant le conflit, en construisant le récit et devant en même temps le légitimer. Désormais, comme le déclare le Département d’Etat américain, les Etats-Unis oeuvrent à la mise en place d’une «justice globale», qui n’est donc plus internationale, entre les nations, mais au-dessus d’elles afin de défendre l’intérêt globaliste. Le conflit en Ukraine doit servir à passer le pas, celui du transfert des derniers haillons du pouvoir national.

Conflit en Ukraine : l’échec du régime atlantico-ukrainien à éradiquer le russe de la vie quotidienne

Alors que les médias en Occident ne cessent de présenter le conflit en Ukraine comme une agression de la Russie et une résistance du peuple ukrainien, la réalité prend une toute autre forme. Ainsi, le soutien populaire en Ukraine apporté à la Russie n’arrive pas à être anéanti, malgré une répression de toute forme de soutien, ne serait-ce que par la langue. Un exemple avec les chauffeurs de taxi de Kiev.

Culte globaliste numérique en Russie : des adresses de sites sensibles à Donetsk en libre accès sur internet

Sur fond de l’important bombardement du centre de Donetsk ces derniers jours, un nouveau scandale vient d’éclater dans cette région en guerre. Grâce au culte globaliste numérique, gardant toute sa vigueur en Russie, l’adresse du Centre républicain des drones est accessible en ligne. A quand une véritable déglobalisation ?

Les habitants de Donetsk sous le feu des Himars : quand les pays de l’Axe répondront-ils de leurs crimes?

Hier, Donetsk a été la cible de trois attaques aux Himars, menées par l’armée atlantico-ukrainienne sur des cibles civiles. Le nombre des blessés et des décédés s’élève ce matin à environ 30 personnes. La Russie a demandé une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU à ce sujet. N’oublions pas que tirer sur des cibles civiles est constitutif d’un crime de guerre, pour l’armée qui le commet, et soulève la question de la responsabilité des fabricants des armes utilisées.

Conflit en Ukraine : le bataillon punitif néonazi Azov recrute ouvertement en France

Le néonazisme a table ouverte en France, dans cette France post-démocratique, atlantiste et post-française. Nous voyons que notre Gouvernement soutient déjà activement au sein de la coalition de l’Axe la guerre atlantiste en Ukraine. Nous découvrons avec horreur qu’il est désormais possible de commettre un génocide, quand c’est Israël qui le commet. Ce monde, est-il en train de devenir fou ? Non, il est simplement amoral. Donc tout est possible. Même pour Azov de recruter ouvertement en France. Cette France, qui n’est plus elle-même.

Le véritable «Plan de paix» d’Israël : la disparition physique de Gaza

Partant du principe, selon lequel il faut régler le problème à la source, l’armée israélienne est en train de méthodiquement rayer Gaza de la surface de la terre, hommes et bâtiments ensemble. S’il n’y a plus d’hommes, il n’y a plus de problèmes, c’est bien connu. Pendant ce temps-là, à part quelques déclarations timides — et sans aucune conséquence, les dirigeants occidentaux condamnent à peine du bout des lèvres ce qu’ils ont peur d’appeler, ce qui constitue déjà juridiquement un génocide. Ils préfèrent préparer l’après, en se répartissant les morceaux de choix. Et le «plan de paix» qui se dessine est celui de la disparition de l’autorité palestinienne sur Gaza. Sans conditions. Avec en perspective la fin de l’Autorité palestinienne, en tant que telle.

Conflit en Ukraine : Kiev groupe près de 120 000 hommes à la frontière avec la Biélorussie

La frontière entre l’Ukraine et la Biélorussie est sous tension depuis l’intensification du conflit en Ukraine. Unilatéralement fermée par Kiev, cela n’empêche pas les provocations ukrainiennes et la suspicion d’une avancée de la Russie par le territoire biélorusse. Ainsi, Minsk vient d’annoncer qu’un groupe d’environ 120 000 hommes de l’armée atlantico-ukrainienne a été placé aux portes du pays. S’il y a peu de chances pour qu’il s’agisse d’une tentative par l’Ukraine d’élargissement du front, ces hommes sont à ce jour principalement utilisés pour de petites, mais régulières, provocations ressemblant à la guerre psychologique.