Автор: Karine Bechet-Golovko

Le véritable «Plan de paix» d’Israël : la disparition physique de Gaza

Partant du principe, selon lequel il faut régler le problème à la source, l’armée israélienne est en train de méthodiquement rayer Gaza de la surface de la terre, hommes et bâtiments ensemble. S’il n’y a plus d’hommes, il n’y a plus de problèmes, c’est bien connu. Pendant ce temps-là, à part quelques déclarations timides — et sans aucune conséquence, les dirigeants occidentaux condamnent à peine du bout des lèvres ce qu’ils ont peur d’appeler, ce qui constitue déjà juridiquement un génocide. Ils préfèrent préparer l’après, en se répartissant les morceaux de choix. Et le «plan de paix» qui se dessine est celui de la disparition de l’autorité palestinienne sur Gaza. Sans conditions. Avec en perspective la fin de l’Autorité palestinienne, en tant que telle.

Conflit en Ukraine : Kiev groupe près de 120 000 hommes à la frontière avec la Biélorussie

La frontière entre l’Ukraine et la Biélorussie est sous tension depuis l’intensification du conflit en Ukraine. Unilatéralement fermée par Kiev, cela n’empêche pas les provocations ukrainiennes et la suspicion d’une avancée de la Russie par le territoire biélorusse. Ainsi, Minsk vient d’annoncer qu’un groupe d’environ 120 000 hommes de l’armée atlantico-ukrainienne a été placé aux portes du pays. S’il y a peu de chances pour qu’il s’agisse d’une tentative par l’Ukraine d’élargissement du front, ces hommes sont à ce jour principalement utilisés pour de petites, mais régulières, provocations ressemblant à la guerre psychologique.

Daghestan : la tentative de déstabilisation de la Russie a échoué

La Russie est historiquement un pays multiconfessionnel et cela constitue l’un des axes favoris d’attaque de l’Occident. L’on se souviendra des guerres récentes dans le Caucase, qui devaient conduire à la dislocation de la Russie après la chute de l’URSS. Sur fond de conflit israélo-palestinien, des groupuscules islamistes ont été activés au Daghestan depuis l’étranger, mais les forces de l’ordre ont pu restaurer rapidement l’ordre public.

SOS Donbass ou l’étrange histoire d’un étrange convoi humanitaire … pour un fonds ukrainien

Cela fait une bonne semaine qu’un camion de l’association SOS Donbass est bloqué dans la région de Rostov-sur-le-Don, proche de la zone du front. Les services des Douanes russes ont proposé plusieurs solutions pour le débloquer, mais les responsables n’en ont acceptées aucune et cette aide humanitaire, en «transit» par la Russie, formellement à destination de Kiev pour le fonds «Glory to Ukraine, Glory to Heroes» commence à faire du bruit. Cette étrange histoire devrait faire réfléchir et soulève beaucoup de questions sur l’humanitaire, surtout en période de guerre.

Les régions russes engagent des actions en justice contre l’Ukraine pour les dégâts commis

Après la Crimée, la région de Kherson se prépare à agir en justice contre l’Ukraine, pour les préjudices subis suite à la politique ukrainienne et aux actes d’agression, causant un préjudice certain et sérieux, entre autres au budget de ces régions. Si les juridictions internationales sont trop occupées à réécrire l’histoire, rien n’empêche les juridictions russes de documenter les infractions commises par l’armée atlantico-ukrainienne et d’adopter des décisions de justice. La comm passe, elles, les décisions de justice, restent.

Donetsk : L’armée ukrainienne recule sur le front d’Avdeevka

Avdeevka est la place-forte ukrainienne aux portes de Donetsk, depuis laquelle la ville est systématiquement bombardée depuis des années. Après être passée à l’offensive, l’armée russe vient de prendre hier une hauteur stratégique, qui ouvre la voie sur Avdeevka. La ville elle-même ouvre également la possibilité d’une avancée vers le Dniepr. La chute attendue de ce point stratégique dans les semaines à venir va être un point de retournement du conflit en Ukraine, qui pourrait sortir de la guerre des tranchées dans lequel il est tombé.

Israël et la normalisation de la rhétorique nazie : n’aurait-on pas enfanté d’un monstre ?

L’accélération du conflit entre Israël et Gaza s’accompagne d’un retournement du paradigme nazi : bien que les hauts responsables israéliens traitent les autres peuples d’animaux ou de sous-hommes, qu’il s’agisse des Palestiniens ou des Bouriates (en Russie), bien qu’ils considèrent normal de les écraser physiquement, ils continuent à utiliser la victimisation nazie, payée très cher par les aïeux de leurs familles (mais non par eux-mêmes) pour justifier leurs crimes. Et quand on leur rappelle, à l’ONU, qu’ils ne sont pas au-dessus du droit international, l’enfant-roi se révolte : comment ça, il n’y aurait plus d’impunité totale, nous n’aurions plus le monopole de l’humanité ? Il semblerait que la communauté internationale, en faisant d’Israël une victime éternelle et intouchable sous peine d’antisémitisme, ait enfanté d’un monstre. Qui est entré en guerre et se croit au-dessus de tout … et de tous.

Billet suédois : quel niveau de bêtise scientifique faut-il, pour s’inquiéter de la neutralité écologique de l’Ukraine en 2050 ?

Nous vivons une époque formidable ! L’essentiel est d’en sortir … Difficile de penser autrement, en lisant les dernières nouvelles du monde libre, merveilleux et post-moderne, qui nous entoure. Ainsi, la très progressiste Suède est inquiète pour l’avenir de L’Ukraine, j’entends son avenir … écologique. L’Institut de Stockholm entend faire en sorte que l’Ukraine atteigne la neutralité climatique — d’ici 2050. Enfin, si l’Ukraine existe encore à cette date, ce qui est assez douteux, elle sera alors dissoute par l’écologie anti-industrielle. Vous ne trouvez pas que nous vivons une époque exceptionnelle ? Être témoin d’une telle débilisation de l’humanité est une expérience rare — et espérons qu’elle ne se prolongera pas trop longtemps.

Suspension sine die du Comité olympique russe : oui, le sport a toujours fait partie de la politique

Alors qu’une partie des élites gouvernantes russe continue, dans le meilleur des cas, à refuser de voir la réalité telle qu’elle est et incite les sportifs russes à aller participer aux JO, quelles que soient les conditions imposées, le Comité olypique russe vient d’être suspendu pour avoir voulu intégrer des sportifs venus des nouveaux territoires russes, territoires évidemment non reconnus comme tels par le monde global. La sagesse populaire a souvent du bon : à rester entre deux chaises, en général, on tombe.

France : le Gouvernement continue à tirer sur l’hôpital public

Il semblerait que le service public français de santé en général et l’hôpital en particulier soient l’une des cibles privilégiées de nos Gouvernements néolibéraux successifs. En effet, pourquoi financer un service de soin de qualité, s’il est possible de le détruire pour le rendre inefficace et ainsi ouvrir l’espace au secteur privé. Une sélection par l’argent pourra ainsi achever la restructuration, ou plutôt la déstructuration, de la société française, en pleine marée de paupérisation.

Conflit en Ukraine : l’aide atlantiste est maintenue — quel que soit l’agenda international

Entre les habituelles difficultés budgétaires américaines et l’inattendue reprise de la guerre en Israël, beaucoup espèrent voir baisser, qui sait peut-être même cesser, l’aide apportée à l’Ukraine contre la Russie par les pays de l’Axe. Bien loin de cette fantasmagorie, Zelensky convoqué à l’OTAN se voit confirmer un soutien, qui est par ailleurs épaulé directement par de nouvelles aides américaines. Le conflit en Ukraine est bien prévu pour durer jusqu’à la défaite militaire d’un des deux camps, l’Axe atlantiste ou la Russie. Les autres théâtres de conflit ne changent rien à la donne.

Conflit israélo-palestinien : pourquoi l’Occident, couvre-t-il le génocide en cours commis par Israël contre les Palestiniens ?

Au quatrième jour du conflit engagé par le Hamas, la tonalité a changé. Si le premier jour, l’ampleur des bombardements palestiniens inquiétait pour la sécurité d’Israël, il est désormais évident que cette étrange décision est l’occasion saisie par les dirigeants israeliens pour raser Gaza et commettre le génocide, qu’ils espéraient depuis tant d’années. La haine est à son comble, elle est ouverte et entièrement validée par cet Occident, dont le parti-pris pro-israélien ne connaît à ce jour aucune limite. Le monde global, est-il en train de changer de qualité ?

Billet du jour : Qu’en est-il de ces laboratoires américains en Ukraine et en Afrique, dont nous n’avons pas le droit de parler ?

La Russie vient de faire le point aujourd’hui sur l’activité des laboratoires à double finalité, civile et militaire, américains dans le monde, qui sont plus de 400. Leur découverte en Ukraine a provoqué un déplacement de leur activité en 2022 vers les pays d’Afrique. Mais aujourd’hui le risque de santé publique qu’entraîne leur activité, conduit les pays africains à remettre en cause leur coopération dans ce domaine. Comme mes anciennes publications sur les laboratoires américains ont systématiquement été bloquées et effacées par Blogger et Facebook, faites des copies.

Conflit en Ukraine : le parti globaliste reprend le pouvoir en Russie

La ligne de front est en gros gelée depuis le retrait de l’armée russe de Kherson et de la région de Kharkov, qui ne tient plus qu’une position défensive. Beaucoup se demandent si le problème est politique ou militaire. Nous venons d’avoir la réponse : le parti globaliste est en train de reprendre le pouvoir, comme ce fut le cas en 2016. Mais cette fois-ci, les conséquences seront plus lourdes — pour la Russie : sa dissolution.

Axe atlantiste : la Finlande, sera-t-elle à nouveau lancée contre la Russie ?

La guerre, qui se déroule en Ukraine, est un conflit secondaire de la confrontation primaire qui oppose l’Axe atlantiste à la Russie, comme l’une des forces potentielles défendant encore la souveraineté des Etats. Comme tout conflit de cette ampleur, il ne peut se concentrer sur un front restreint et tend à être développé, afin de disperser les forces de l’adversaire, en l’occurrence de la Russie. La Finlande est à nouveau priée de jouer le même rôle qu’en 1939, elle est à nouveau dirigée par des forces étrangères, qui cherchent à la lancer contre la Russie, en préparation d’une agression plus large. Son entrée dans l’OTAN fut un pas décisif pour la perte de son autonomie géopolitique.