Автор: Karine Bechet-Golovko

L’Axe atlantiste déclare ouvertement la guerre à la Russie à Belgorod

Hier, à Belgorod, ce fut la guerre, une déclaration de guerre de l’Axe atlantiste à la Russie. L’armée atlantico-ukrainienne a lancé des missiles sur le centre de la ville, a visé l’Arbre de Noël, où les enfants étaient regroupés, a visé les habitations et centres commerciaux. L’on atteint ce matin 22 morts, dont 3 enfants, et 110 blessés, dont 17 enfants. Que des civils. Que des infrastructures civiles. La Russie a réuni le Conseil de sécurité de l’ONU, qui lui a ouvertement craché au visage. Car eux sont en guerre et ils le revendiquent. Non pas «jusqu’au dernier Ukrainien», comme il est de bon ton de l’affirmer, mais jusqu’au dernier Russe, jusqu’à l’anéantissement de la Russie. 

Dogme sanitaire : contre-offensive globaliste en Russie à l’approche des présidentielles

Rospotrebnadzor, l’Agence fédérale russe de contrôle de la consommation, qui est en charge des questions sanitaires depuis le Covid, soulignant combien, pour ceux qui ont encore un doute, le culte globaliste sanitaire est à la fois un business et une ingénierie sociale, revient sur le front. Saison oblige — oui, la saison électorale s’ouvre, il serait dommage pour les globalistes de ne pas utiliser les virus saisonniers pour déstabiliser la situation. Ainsi, l’on voit réapparaître ici ou là, de manière chaotique, le port du masque, l’accélération du rythme vaccinal, la fermeture soudaine des établissements … La contre-offensive globaliste sur le front s’engage à quelques mois des présidentielles.

Billet d’humeur : le vote électronique à distance ou la virtualisation des élections présidentielles en Russie

Le culte globaliste numérique continue à prendre de l’ampleur en Russie et se dirige vers la virtualisation, et de l’Etat, et du pouvoir. Donc vers leur affaiblissement. Pour la première fois, lors des élections présidentielles de 2024, le vote électronique à distance va être utilisé massivement, soit dans un tiers des régions, comme vient de l’annoncer Ella Pamfilova, qui dirige la Commission centrale électorale. Quelle sera la légitimité de ces résultats ? Cela dépendra de votre croyance, dans le sens direct et religieux du terme, en les algorithmes … et ceux qui les établissent. 

ONU : le monde à nouveau divisé autour du nazisme

Hier, s’est tenue la 50e séance plénière de l’Assemblée générale de l’ONU, au cours de laquelle, notamment, la résolution initiée par la Russie concernant la condamnation de toutes les formes de glorification du nazisme, du néonazisme a été adoptée, comme chaque année depuis 2005. Cette année, la séance plénière a montré une véritable division du monde sur cette question et de nombreuses autres, avec d’un côté les Etats-Unis, les pays de l’UE, les pays Baltes, le Canada et l’Ukraine … contre le reste du monde. N’est pas forcément isolé celui que l’on croit …

Coopération militaire : la Finlande abandonne l’intégralité de son territoire national aux Etats-Unis

L’entrée de la Finlande dans l’OTAN ne fut effectivement qu’un pas, formel en soi, mais lourd de conséquences, sachant qu’il ne peut y avoir d’entrée dans le bras armé de la globalisation sans soumission totale aux Etats-Unis. La Finlande et les Etats-Unis viennent de signer un accord de coopération militaire, selon lequel la Finlande abandonne l’intégralité de son territoire aux Etats-Unis sur le plan militaire. Ce qui ne va pas non plus rester sans réaction. L’escalade vers la confrontation avec la Russie continue. Les autorités locales, se souviennent-elles qu’elles ont perdu toutes les guerres menées contre la Russie ?

Retour sur la grande conférence de presse de Poutine

Hier s’est tenu l’exercice bien connu du marathon communicationnel entre le Président et la population. Cette fois-ci, les conférences autrefois distinctes pour les journalistes et les citoyens ont été regroupées en une seule grande fête politico-médiatique. Quelques remarques sur les grandes lignes, qui ont marqué les 4 heures de questions-réponses.

Obligation de rapatriement d’un radicalisé : la dernière innovation globaliste du Conseil d’Etat

Le Conseil d’Etat, bras droit dévoué de la CEDH, vient d’adopter une décision, qui provoque l’ahurissement, notamment dans les milieux juridiques. Alors que le ministre de l’Intérieur avait expulsé vers son pays d’origine un Ouzbek, radicalisé et fiché, auquel l’asile a été justement refusé, le Conseil d’Etat exige de l’Etat français, en application d’une décision de la CEDH, qu’il le rapatrie en France. Il s’agit d’une obligation de faire imputée à l’Etat par la haute juridiction administrative, ce qui est déjà surprenant juridiquement. Mais l’enjeu de cette décision est ailleurs, il est idéologique : c’est la négation, dans la plus pure logique globaliste, du droit national, des frontières, de l’intérêt national au profit d’un droit et d’un intérêt supérieur, en dehors de l’Etat et des populations nationales, et qui nient leur droit à l’existence.

Billet otanien : l’économie de guerre en Finlande et les enjeux de la guerre en Ukraine

Depuis son entrée dans l’OTAN, la Finlande a radicalement changé de politique. Alors que son intérêt était toujours de garder de bonnes relations, et avec les pays européens, et avec la Russie, l’on voit depuis cet automne une radicalisation de la politique gouvernementale. Il s’était agi en premier lieu de la fermeture des frontières, fin novembre, avec la Russie. Désormais ajoute à cette tentative prématurée le lancement d’une économie de guerre. Comme le déclarait Stoltenberg, l’OTAN est une organisation de paix …

Danger sanitaire en Europe : ces militaires ukrainiens antibiorésistants

Alors que le ministère russe de la Défense accuse les Etats-Unis d’avoir organisé de dangereuses expérimentations biologiques sur la population en Ukraine, les médias américains diffusent de plus en plus d’informations concernant des cas dangereux et nombreux d’antibiorésistance chez les militaires ukrainiens. Le risque sanitaire pour les pays européens est réel, notamment en raison de l’immigration ukrainienne et de la prise en charge des militaires ukrainiens. Mais personne en Occident n’ose mettre en cause les laboratoires biologiques américains — le suzerain ne peut être jugé en son royaume.

Billet du jour : la question de la torture en Ukraine et des limites nécessaires à la propagande

Les déclarations d’Alexandre Brod, membre du Conseil auprès du Président pour les droits de l’homme, affirmant que, Hourra !, l’ONU reconnaît des faits de torture systématique commis par les forces ukrainiennes contre les soldats russes, sont largement reprises dans les médias russes. Pourtant, même si le représentant de l’ONU a incidemment reconnu ces faits en mars 2023 au milieu d’une accusation de la Russie, sur le site de l’ONU et dans les médias occidentaux l’on retrouve désormais principalement l’affirmation inverse, celle d’une accusation portée contre la Russie de torture. Le culte des organismes internationaux, qui accompagne la globalisation, a encore de beaux jours devant lui … Est-ce de l’infantilisme, de la bêtise ou de n’incompétence ?

Culte numérique : la Russie légalise l’utilisation du smartphone à l’école

Le smartphone est devenu un élément central de l’enseignement en Russie. En général, cette instrument est pour une grande partie de la population, quel que soit le pays, un prolongement du corps, un succédané de l’esprit, ce qui permet de normaliser l’acception a priori absurde «d’intelligence artificielle». Cet objet de culte participe grandement à la dégradation de la qualité de l’enseignement en particulier et de l’individu en général. C’est pourquoi les députés russes ont décidé de réguler son utilisation — et donc de la légaliser, afin de «renforcer la qualité de l’enseignement». La déglobalisation doit d’abord passer par les esprits, par la possibilité de penser le monde en dehors des cultes globalistes, et cela va prendre beaucoup de temps …

Quand l’artillerie atlantico-ukrainienne tire sur les soldats ukrainiens voulant se rendre à la Russie

Entre les bataillons punitifs et les tirs de l’artillerie atlantico-ukrainienne sur les soldats ukrainiens, qui veulent se rendre à l’armée russe, beaucoup de questions se posent quant à la volonté réelle d’une partie de la population de se battre contre leurs frères russes, malgré la propagande atlantiste totalitaire qui règne dans ce nouveau «paradis démocratique occidental». 25 soldats ukrainiens volontairement tués par les «siens», c’est le genre d’infos qui ne passera pas sur les chaînes françaises …

Russie / Etats-Unis : remilitarisation sur fond de «American Leadership»

Au-delà de l’espoir de certains de voir le conflit se résoudre de manière magique, par disparition soudaine de l’ennemi, la guerre qui se déroule en Ukraine est faite pour durer et elle reconfigure les sociétés de l’intérieur. D’une manière beaucoup plus prosaïque, elle conduit également à la relance de l’industrie militaire et à la remilitarisation, principalement en Russie et aux Etats-Unis, puisque ce sont les deux pays, qui prétendent pouvoir influencer de manière autonome la scène internationale.

Russie : la Cour suprême reconnaît le droit inaliénable de l’homme à ne pas être homosexuel

Comment peut-on être hétérosexuel ? En effet, quelle idée, quel anachronisme ! Tout le monde est homosexuel et si certains déviants ne le reconnaissent pas et persistent dans l’hétérosexualité, au moins qu’ils soient discrets. La Russie vient, par la voix de sa Cour suprême, de prendre une décision historique et courageuse dans ce totalitarisme «tolérant» ambiant : chacun a le droit à sa vie privée, mais la dimension idéologique du mouvement LGBT n’a pas sa place dans la vie publique en Russie.

La Russie exclue du conseil exécutif de l’OIAC : à quand les accusations d’attaque chimique en Ukraine ?

La Russie vient pour la première fois de perdre son siège au sein du Comité exécutif de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques, ce qui renforce un bloc européen Est, russophobe et atlantiste. Cette sortie est le résultat d’une politique agressive menée par les Etats-Unis au sein de cette organisation pour évincer la Russie. Désormais, nous pouvons attendre la démultiplication des accusations de recours à l’arme chimique en Ukraine par l’armée russe, comme ce fut le cas contre Assad dans la guerre en Syrie.