Dernières publications

Escalade du conflit : la Grande-Bretagne arme l’Ukraine pour frapper la Crimée

Quand les pays de l’Axe atlantiste affirment, que les armes fournies ne toucheront pas le territoire russe, ils retiennent leur conception du territoire «russe», celle qui nie la volonté des peuples légitimement exprimée après le démantèlement de l’Etat ukrainien en 2014. Or, nous voyons petit à petit la Crimée entrer dans la catégorie des cibles légitimes, du point de vue de ces pays. Il est certain que, dans ce cas, la Russie entrerait réellement en guerre. Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, eux, sont loin, ce qui leur facilite la tâche de l’escalade militariste. En tout cas, une forme de psychose collective s’est emparée des nations européennes.

Billet franco-ukrainien : Macron offre le déshonneur de la France à Zelensky

Zelensky a commencé sa tournée européenne par Londres, dont l’engagement sans frein dans le conflit ukrainien, doit servir de locomotive à Paris et Berlin, puis donner mauvaise conscience aux pays de l’UE, qui sont encore réticents au suicide collectif sur injonction du grand gourou atlantiste. Il s’agit bien de gourou et de pression, nous sommes depuis longtemps sortis du rationnel et de l’intérêt national. A chaque époque ses héros. Macron décore Zelensky de la Légion d’honneur, l’un et l’autre se valent bien, chacun déshonorant et détruisant le pays qu’il est censé gouverner. Jusqu’au bout, jusqu’à la guerre, comme le promet Macron. La France, encore une fois, va devoir se libérer !

La réforme des retraites et la déliquescence de l’opposition parlementaire en France

La réforme des retraites proposée, et quasiment imposée, par le Gouvernement, doit conduire l’homme à être rentable pour la société, tant que physiquement, il en a à peu près la force physique, pour terminer ses jours si possible avant la retraite ou la passer sans pouvoir en profiter. Il paraît que vider l’homme de sa substance est le seul moyen pour éviter la faillite désormais. Face à ce délire globaliste managérial, l’opposition parlementaire française a montré une fois de plus son imposture. A tel point que l’on se demande, si ces mouvements politiques ne considèrent pas simplement leur condition d’opposant systémique comme un travail confortable.

Scholz et le conflit en Ukraine : de l’hypocrisie à la cobelligérance

Les pays de l’Axe atlantiste fournissent des armes de plus en plus puissantes à l’Ukraine, renforçant logiquement les risques d’une fuite en avant du conflit et d’une confrontation directe avec la Russie. Dans le rôle du pompier-pyromane, le Chancelier allemand Scholz vient de déclarer, que les armes occidentales ne serviront pas à frapper le territoire russe. Ah, et à quoi servent-elles jusqu’à présent ? Le problème est que la conception du «territoire russe» diffère sérieusement entre les pays atlantistes et le droit russe en vigueur. Donc, si l’on arrête l’hypocrisie, les armes occidentales frappent bien le sol russe, ce qui met nos pays en situation de cobelligérance, par la responsabilité de ces élites européennes totalement asservies. 

Conflit en Ukraine : NAFO, Grande-Bretagne et guerre des cerveaux contre la Russie

Le mouvement NAFO est présenté comme un mouvement spontané, ludique, de jeunes (ou moins jeunes) plaisantins, qui tournent en ridicule le discours de la Russie. Pourtant, ce mouvement est bien loin d’être spontané et innocent, il est un instrument de guerre, géré et parfaitement maîtrisé. Même si comme toute propagande primaire, elle ne convint que les convaincus, ce NAFO va bien au-delà des mèmes, de l’attaque trolliennes et des images ludiques, il est directement lié au renseignement et au soutien de l’Axe atlantiste à l’armée en Ukraine. Et il fonctionne aussi, comme pour tout système totalitaire, sur le mode de la dénonciation, comme j’en ai fait les frais.

Les 80 ans de la Victoire de Stalingrad : les leçons de l’histoire

Aujourd’hui, une grande Parade est organisée dans la ville de Volgograd, ancienne Stalingrad, en l’honneur des 80 ans de la victoire de la bataille décisive de Stalingrad, qui a duré du 17 juillet 1942 au 2 février 1943. Actuellement, cette date a une valeur toute singulière, comme l’a rappelé le président de la Douma, alors que le nazisme est utilisé par l’Axe atlantiste pour déstabiliser l’Europe et asseoir son pouvoir contre la Russie. Le retour des tanks allemands sur les terres d’Europe est inquiétant.

Conflit en Ukraine : Macron et la trahison ouverte des élites nationales françaises

La France macronienne tient à merveille son rang de fille aînée de l’Otan. Elle accueille les responsables ukrainiens à l’Assemblée Nationale et à l’Elysée, elle importe au sein des institutions nationales, ce discours atlantiste, qui va à l’encontre de son intérêt national. La trahison ne pouvant être que momentanée, le Président Macron va toujours plus loin, renforce son aide militaire dans le conflit ukrainien, un conflit qui n’est pas le nôtre. Qu’il est loin le temps de De Gaulle! Qu’il est loin le temps de la France! N’oublions pas : quand les élites trahissent, ce sont les peuples qui en paient le prix. Et la facture devient lourde.

Ukraine: front ouvert contre l’Eglise orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Moscou

L’Eglise orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Moscou est, en toute logique et conformément à l’histoire commune du territoire ukrainien avec la Russie depuis un millénaire, l’Eglise historique orthodoxe sur ce territoire. Après le Maïdan, les exactions commises contre l’Eglise orthodoxe canonique se sont démultipliées pour arriver aujourd’hui à un projet de loi déposé devant entraîner sa suppression. L’Eglise est une force réelle, civilisationnelle en plus de spirituelle. Elle porte le Monde russe, ce Monde que l’Ukraine est sommée de détruire pour sceller l’avènement du Monde global.

Les hôpitaux pris pour cible par l’armée atlantico-ukrainienne : silence politico-médiatique dans l’Axe atlantiste

Quand l’armée atlantico-ukrainienne tire avec des HIMARS américains sur les hôpitaux dans les régions de Lougansk et de Kherson, faisant 14 morts et 24 blessés, les politiciens occidentaux se taisent, les institutions internationales regardent ailleurs et les médias font preuve d’une grande discrétion. L’on ne va pas se critiquer soi-même ! C’est pourtant bien un crime de guerre, qui entraîne la responsabilité et de ceux qui tirent, et de ceux qui donnent l’ordre de tirer, et de ceux qui fournissent les moyens. Le Comité d’enquête de la Fédération de Russie a ouvert une enquête pénale.

Ukraine — OTAN : La réhabilitation du bataillon néonazi Azov en marche

Les membres du bataillon Azov fait prisonniers par la Russie et gentiment rendus à leurs propriétaires reprennent, sans aucune surprise du service. Des bataillons entièrement équipés par l’OTAN se forment et ils entrent comme des brigades autonomes dans l’armée de terre ukrainienne. Les pays de l’axe atlantiste reviennent à leurs fondamentaux et légalise la propagande d’Azov dans les réseaux sociaux. A la guerre comme à la guerre, mais l’Occident est en train d’y perdre son âme.

Billet du jour : Lech Walesa, le prix de la Pax Otana

Tout a un prix, l’obtention d’un prix Nobel également. Et surtout celui de la «paix», délivré par les tenants de la Pax Otana pour ceux, qui la défendent. Lech Walesa, avec son passé ombragé d’indicateur blanchi, a une parfaite connaissance des tarifs. Aujourd’hui, il est à nouveau utile. Et à nouveau utile pour détruire. Comment l’Allemagne ose-t-elle hésiter à envoyer des chars ? Une honte qu’il dénonce dans un journal polonais, appelant l’Allemagne à saisir cette chance historique pour régler une fois pour toute la question russe. Rien de moins. L’histoire a pourtant montré comment cela se terminait à chaque fois …

Répression judiciaire à Kherson : 5 ans de réclusion pour avoir participé à l’organisation du référendum d’adhésion à la Russie

Le retrait de la Russie des territoires qu’elle avait commencé à administrer s’accompagne sans surprise d’une vague de répression, dont nous avons déjà souvent parlé sur ce blog. A Kherson, la situation est d’autant plus tendue, que la région a formellement voté pour la sortie de l’Ukraine et l’entrée dans la Fédération de Russie. Quand l’armée russe a laissé la ville principale de la région, la machine extrémiste à broyer les résistances s’est mise en route et le premier jugement pour collaboration à l’encontre d’une simple habitante de la région vient de tomber.

L’Ukraine stocke les armes occidentales dans les centrales nucléaires — sous le contrôle de l’AIEA ?

Deux informations viennent de tomber dans le champ médiatique, dont la concomitance est plus que surprenante. L’AIEA, avec la tournée de Grossi en Ukraine, annonce un renforcement de sa présence dans les centrales nucléaires ukrainiennes. Le Service du renseignement extérieur (SVR) russe vient d’annoncer avoir des informations solides, quant au stockage par l’Ukraine d’armes envoyées par les pays de l’Axe atlantiste … dans les centrales nucléaires. Le rôle des institutions dites internationales est véritablement à reconsidérer …

Conflit en Ukraine : les Etats-Unis reçoivent à domicile les pays de l’Axe à Ramstein

La coalition élargie de l’Axe atlantiste se réunit aujourd’hui sur la base militaire américaine de Ramstein en Allemagne, la plus grande base militaire américaine en Europe construite dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, qui il y a 10 ans de cela était censée être fermée et se porte toujours à merveille, avec plus de 50 000 Américains, civils et militaires. Et le Secrétaire américain à la Défense, en personne, va accueillir ses hôtes à domicile, en Allemagne, ces représentants de la cinquantaine de pays, qui contribuent à l’effort de guerre de l’Axe en Ukraine contre la Russie. Toujours plus de chars, toujours plus d’implication car, comme les officiels européens le déclarent de plus en plus souvent : seule la défaite militaire de la Russie est acceptable. Mais comme l’a rappelé Dmitri Medvedev, une puissance nucléaire ne perd pas une guerre, dont dépend son existence. Il semblerait que nous arrivions, à presque une année de conflit, à un nouveau tournant : va-t-on entrer dans une guerre totale, la Première Guerre globale ?

Le conflit autour des concessions russes du cimetière de Sainte-Geneviève-des-Bois et l’enjeu de l’immigration des Russes blancs

Le cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois est étrangement apparu à la Une des actualités, tant en France qu’en Russie : alors que 70% des tombes de l’immigration russe blanche et des grands hommes de la culture russe sont pris en charge par la Russie depuis 2005, désormais la Ville refuse le paiement des concessions par la Banque Centrale russe. Le problème, est-il réellement simplement technique ou bien au-delà de la russophobie d’Etat en France ne peut-on voir une tentative de reprise en main de l’immigration blanche, qui devient de plus en plus pro-russe ?