Помечено: globalisation

Poutine a explicité la conception de la stabilité stratégique de la Russie

Hier, Poutine a rencontré le ministre de la Défense Choïgou, non seulement au sujet de la victoire militaire russe sur l’armée atlantico-ukrainienne à Avdeïevka, mais surtout pour mettre au clair la conception russe de la stabilité stratégique. De part et d’autre, sauf Borrell, nombreux sont ceux, qui parlent de paix et de pourparlers, sans vouloir pour autant appeler les choses par leur nom : la stabilité stratégique du monde global passe par la destruction de la Russie, la stabilité stratégique de la Russie passe par la destruction du monde global. Hier, Poutine a fait un pas vers la reconnaissance de cette unique alternative.

Billet du jour : Navalny, n’est pas l’Archiduc

La mort d’Alexeï Navalny, devenu opposant professionnel après avoir été escroc, est intervenue justement le premier jour de la Conférence de Munich, alors qu’il était incarcéré dans une colonie pénitentiaire de la région de Yamalo-Nénétsie, dans le nord de l’Oural. Son poids politique ne cessait de baisser en Russie, bien avant son interpellation, l’Occident a ainsi obtenu — et au bon moment — sa victime sacrificielle. Pourtant, Navalny n’est pas l’Archiduc, sa mort ne produira aucune onde de choc en Russie et elle ne sortira pas les pays atlantistes de leur impasse face à la Russie. C’est n’est, au-delà du décès d’un être humain, qu’un événement médiatique et non politique.

Billet du vendredi : la France décide de censurer la démocratie

La liberté d’expression, c’est beau, c’est fondamental, c’est pourquoi il faut la défendre — chez les autres. Chez soi, on peut réduire de plus en plus les limites du discours autorisé, car tout ce qui n’est pas conforme est de la propagande. Or, lutter contre la propagande, cela n’a rien à voir avec la lutte contre la liberté d’expression. De laquelle dépend la liberté de penser, c’est encore pire. Comment ça, ce n’est pas clair ? J’explique.

Le cas du navire russe Caesar Kunikov et la communication militaire russe en période de globalisation

Coulé or not coulé, that is the question … La communication militaire russe n’a jamais brillé par sa qualité, mais avec le temps l’on finit par toucher les bas-fonds du néant communicationnel. Car, en passant, le monde ne s’arrête pas à la propreté de Moscou reconnue par Carlson … Entre silences mal dimensionnés, comme avec la question de l’attaque du navire russe Caesar Kunikov dont tout le monde parle sauf les communiquants du ministère de la Défense et du Kremlin, et les rapports techniques soporifiques quotidiens, manifestement écrits par des ronds-de-cuir, n’ayant aucune compassion humaine, ni aspiration patriotique, il serait bon de se demander si cela est productif ou contre-productif en période de guerre … Car finalement, quel est le but poursuivi par cette communication politique officielle : l’endormissement général et l’auto-satisfaction ? Beaucoup de questions se posent.

Guerre en Ukraine : l’UE se prépare à adopter des sanctions symboliques contre la Russie

Comme l’Histoire n’existe pas en Ukraine antérieurement au 24 février 2022 pour l’Occident, l’UE se prépare à adopter un nouveau train de sanctions à l’occasion des deux années «du début» du conflit, c’est-à-dire de la réponse militaire russe. Les possibilités étant déjà largement épuisées, ces sanctions devraient surtout toucher des questions politiques hautement symboliques : le déplacement des diplomates russes à l’intérieur de l’Europe et l’utilisation des fonds russes gelés pour leur guerre en Ukraine.

Impératif globaliste européen : la Hongrie abandonne le combat devant l’Ukraine

La Hongrie a cédé, pour la deuxième fois en quelques semaines. Elle a soutenu l’aide militaire à l’Ukraine, comme elle n’a pas empêché la déclaration d’une future intégration de l’Ukraine dans l’Europe, en sortant docilement au moment du vote. Et elle, la Hongrie, ne pouvait pas faire autrement. Quelles que soient les déclarations de son Président, tant que la Hongrie est dans l’UE, elle ne peut être souveraine. Par définition. A un moment donné, il faut faire le choix de la soumission et de la colonisation ou celui de la liberté et de la souveraineté. La Hongrie a fait le sien et, sans surprise, vient de rejoindre la grande famille des pays autrefois européens.

En France, tout va bien Monsieur la Marquise

L’économie française s’enfonce dans la stagnation. La France perd l’Afrique et doit s’acoquiner avec les Etats-Unis, pour faire semblant d’y préserver de l’influence. Les agriculteurs — et ce ne sont pas les seuls — n’en peuvent plus et le font savoir. Mais Gabi est heureux : il peut ouvertement être homosexuel, donc tout espoir n’est pas perdu. Nous vivons une époque merveilleuse, l’essentiel est d’y survivre !

Billet du NYT : l’OTAN et l’Europe se préparent à intervenir directement contre la Russie pour sauver le monde global

La militarisation du discours en Occident est un signe de mauvais augure. Alors que nos sociétés en Europe ont été objectivement affaiblies depuis la Seconde Guerre mondiale et boboïsées après la chute de l’Union soviétique, le nouveau pouvoir atlantiste tente de les relever au son du clairon en vue d’une agression de la Russie, par les pays de l’OTAN eux-mêmes, pour sauver le monde global d’un risque de résurgence des Etats et des Nations. Sommes-nous à ce point décérébrés, pour aller mourir la fleur au fusil afin de défendre la domination américaine sur nos terres ? Espérons que non, mais la réponse sera rapidement apportée.

Colère des agriculteurs : la France à l’envers

La colère des agriculteurs s’étend en Europe, car justement la politique conduite par l’Union européenne est la source première de la dégradation fulgurante de l’agriculture dans nos pays. Cela fait des décennies que la situation se détériore, sous le slogan de l’inévitabilité du progrès. Deux agriculteurs se suicident par jour en France, étrange conception du progrès …

Bombardement otanien de Belgorod : quand la France devient un Etat, soutien du terrorisme

En quelques mois, la politique menée par ce Gouvernement français a réussi à faire ce que même Napoléon, en menant la guerre en Russie, n’a pas pu : provoquer un dégoût et un rejet de la France et des Français. Après l’attaque sanglante de Belgorod le 30 décembre, faisant plus d’une centaine de blessés et 24 morts, le ministère français des Affaires étrangères ose légitimer, ce qui constitue une violation ouverte du droit international humanitaire, et parle de «légitime défense». La France, s’est-elle rabaissée au point de devenir un vulgaire Etat soutenant le terrorisme ? C’est une honte pour notre pays, une insulte à notre histoire ! Ce Gouvernement trahie ouvertement l’intérêt national.

L’Axe atlantiste déclare ouvertement la guerre à la Russie à Belgorod

Hier, à Belgorod, ce fut la guerre, une déclaration de guerre de l’Axe atlantiste à la Russie. L’armée atlantico-ukrainienne a lancé des missiles sur le centre de la ville, a visé l’Arbre de Noël, où les enfants étaient regroupés, a visé les habitations et centres commerciaux. L’on atteint ce matin 22 morts, dont 3 enfants, et 110 blessés, dont 17 enfants. Que des civils. Que des infrastructures civiles. La Russie a réuni le Conseil de sécurité de l’ONU, qui lui a ouvertement craché au visage. Car eux sont en guerre et ils le revendiquent. Non pas «jusqu’au dernier Ukrainien», comme il est de bon ton de l’affirmer, mais jusqu’au dernier Russe, jusqu’à l’anéantissement de la Russie. 

Dogme sanitaire : contre-offensive globaliste en Russie à l’approche des présidentielles

Rospotrebnadzor, l’Agence fédérale russe de contrôle de la consommation, qui est en charge des questions sanitaires depuis le Covid, soulignant combien, pour ceux qui ont encore un doute, le culte globaliste sanitaire est à la fois un business et une ingénierie sociale, revient sur le front. Saison oblige — oui, la saison électorale s’ouvre, il serait dommage pour les globalistes de ne pas utiliser les virus saisonniers pour déstabiliser la situation. Ainsi, l’on voit réapparaître ici ou là, de manière chaotique, le port du masque, l’accélération du rythme vaccinal, la fermeture soudaine des établissements … La contre-offensive globaliste sur le front s’engage à quelques mois des présidentielles.

ONU : le monde à nouveau divisé autour du nazisme

Hier, s’est tenue la 50e séance plénière de l’Assemblée générale de l’ONU, au cours de laquelle, notamment, la résolution initiée par la Russie concernant la condamnation de toutes les formes de glorification du nazisme, du néonazisme a été adoptée, comme chaque année depuis 2005. Cette année, la séance plénière a montré une véritable division du monde sur cette question et de nombreuses autres, avec d’un côté les Etats-Unis, les pays de l’UE, les pays Baltes, le Canada et l’Ukraine … contre le reste du monde. N’est pas forcément isolé celui que l’on croit …

Obligation de rapatriement d’un radicalisé : la dernière innovation globaliste du Conseil d’Etat

Le Conseil d’Etat, bras droit dévoué de la CEDH, vient d’adopter une décision, qui provoque l’ahurissement, notamment dans les milieux juridiques. Alors que le ministre de l’Intérieur avait expulsé vers son pays d’origine un Ouzbek, radicalisé et fiché, auquel l’asile a été justement refusé, le Conseil d’Etat exige de l’Etat français, en application d’une décision de la CEDH, qu’il le rapatrie en France. Il s’agit d’une obligation de faire imputée à l’Etat par la haute juridiction administrative, ce qui est déjà surprenant juridiquement. Mais l’enjeu de cette décision est ailleurs, il est idéologique : c’est la négation, dans la plus pure logique globaliste, du droit national, des frontières, de l’intérêt national au profit d’un droit et d’un intérêt supérieur, en dehors de l’Etat et des populations nationales, et qui nient leur droit à l’existence.

Culte numérique : la Russie légalise l’utilisation du smartphone à l’école

Le smartphone est devenu un élément central de l’enseignement en Russie. En général, cette instrument est pour une grande partie de la population, quel que soit le pays, un prolongement du corps, un succédané de l’esprit, ce qui permet de normaliser l’acception a priori absurde «d’intelligence artificielle». Cet objet de culte participe grandement à la dégradation de la qualité de l’enseignement en particulier et de l’individu en général. C’est pourquoi les députés russes ont décidé de réguler son utilisation — et donc de la légaliser, afin de «renforcer la qualité de l’enseignement». La déglobalisation doit d’abord passer par les esprits, par la possibilité de penser le monde en dehors des cultes globalistes, et cela va prendre beaucoup de temps …