Помечено: otan

La Finlande se désintègre de plus en plus dans l’OTAN

La Finlande n’intéresse pas l’OTAN en tant que pays souverain, fort, comme acteur. La Finlande intéresse l’OTAN comme territoire et ressource, surtout pour bloquer la frontière orientale du monde global, celle avec la Russie. Dans cette logique, la Finlande en s’intégrant à l’OTAN, s’y désintègre petit à petit. Mais sûrement. Et l’élection du nouveau Président finlandais ne renversera pas la tendance.

La Russie accuse les Etats-Unis de financer le terrorisme

L’attaque du Crocus City Hall fut la goutte le trop. Alors que la Russie gardait toujours ses distances face aux pays de l’OTAN, malgré des actions soulevant de plus en plus de questions, cette fois-ci le Comité d’enquête russe doit faire la lumière sur le financement de l’activité terroriste par les Etats-Unis et leurs satellites à l’égard de la Russie. Un lien a déjà été établi avec la société ukrainienne Burisma, où fiston Biden est entré après le Maïdan, quand papa Biden était vice-Président des Etats-Unis. 

Guerre contre la Russie : les premiers soldats allemands sont arrivés en Lituanie

Les pays de l’OTAN continuent, dans le cadre de leur guerre contre la Russie en Ukraine, à développer la présence militaire aux frontières russes. Et le discours artificiel d’une soi-disant possible agression de la Russie d’un pays européen est censé justifier cette politique agressive d’extansion, qui dure en réalité depuis la chute de l’URSS. Désormais, l’Allemagne a pu briser un tabou et elle est autorisée à instaurer une base militaire permanente de quelques milliers d’hommes en Europe. Les premiers viennent d’arriver en Lituanie. C’est ce que l’on appelle la «nouvelle époque», qui ressemble à s’y méprendre à l’ancienne, à un détail prêt : les pays européens ne sont plus des acteurs, mais des pions.

OTAN : l’impasse stratégique de la guerre en Ukraine

La guerre en Ukraine est dans une impasse, et stratégique, et conceptuelle. Les deux armées, atlantico-ukrainienne et russe, ne peuvent obtenir un avantage réel qu’en impulsant de nouvelles forces, ce qui obligerait de passer à un stade supérieur dans le conflit — et en intensité, et en géographie, ce que pour l’instant elles hésitent à faire. Les conséquences sociales et politiques d’un tel engrenage étant impossibles à réellement évaluer. Mais le processus mou continue et le dialogue de sourds aussi. La Pologne annonce donc la décision prise de l’ouverture d’une mission de l’OTAN en Ukraine, pendant que Macron est très fâché : Choïgou n’a pas été gentil avec Lecornu. Aïe aïe aïe, Macron l’a annoncé, ça ne passera pas avec lui. Au-delà de la rhétorique et de la propagande, le conflit atlantiste en Ukraine est à un tournant. 

L’idée d’une remise en cause du Traité d’unification de l’Allemagne a été discrètement soulevée en Russie

Un député de Crimée, déjà soutenu par un sénateur, soulève l’idée, dans le contexte actuel, d’une dénonciation du traité portant règlement définitif concernant l’Allemagne, appelé le Traité Deux plus Quatre, signé par la RFA et la RDA, avec les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et l’Irlande du Nord, la France et l’URSS en 1990. La violation objective des dispositions du traité par les pays occidentaux est ici considérée comme devant soulever la question de sa remise en cause par la Russie. 

Guerre en Ukraine : Pourquoi Macron, a-t-il dû briser le tabou d’une implication au sol des pays de l’OTAN contre la Russie ?

La sortie de Macron sur la possibilité théorique d’un envoi de troupes des pays de l’OTAN sur le front ukrainien contre la Russie a provoqué le choc … recherché. Plusieurs pays de l’OTAN ont déjà envoyé des hommes sur place à titre divers et chacun le sait. Les pays de l’OTAN sont déjà partie «à leur» conflit avec l’armement fourni, la formation et le financement de cette guerre en Ukraine. Alors pourquoi Macron a-t-il dû dire tout haut ce que chacun pense tout bas depuis longtemps, à savoir qu’une guerre par procuration n’est pas suffisante et qu’il va bien falloir y aller ? Justement, parce que les populations ne sont pas prêtes — et les élites non plus, dans leur majorité. Et que la théorie du choc a toujours été le seul moyen réellement efficace de faire bouger sensiblement les frontières du possible. Désormais, l’envoi de troupes de pays de l’OTAN sur le front ukrainien est officiellement du domaine du possible et se discute ouvertement.

Le front ukrainien, l’OTAN et la France

Un sondage surprenant vient de sortir sur Capital : les Français doivent-ils aller se battre sur le front ukrainien ? Pour remettre l’église au milieu du village, puisque nos dirigeants semblent nous préparer à une nouvelle drôle de guerre, je vous propose d’écouter l’échange que nous avons eu avec Carl Brochu, notamment sur le rôle profondément négatif joué par l’OTAN pour la stabilité internationale et l’impératif du retour des pays à leurs racines, à leur intérêt national, comme voie vers la paix. Vers une paix solide, nous sortant de la globalisation.

Poutine a explicité la conception de la stabilité stratégique de la Russie

Hier, Poutine a rencontré le ministre de la Défense Choïgou, non seulement au sujet de la victoire militaire russe sur l’armée atlantico-ukrainienne à Avdeïevka, mais surtout pour mettre au clair la conception russe de la stabilité stratégique. De part et d’autre, sauf Borrell, nombreux sont ceux, qui parlent de paix et de pourparlers, sans vouloir pour autant appeler les choses par leur nom : la stabilité stratégique du monde global passe par la destruction de la Russie, la stabilité stratégique de la Russie passe par la destruction du monde global. Hier, Poutine a fait un pas vers la reconnaissance de cette unique alternative.

Billet du jour : Navalny, n’est pas l’Archiduc

La mort d’Alexeï Navalny, devenu opposant professionnel après avoir été escroc, est intervenue justement le premier jour de la Conférence de Munich, alors qu’il était incarcéré dans une colonie pénitentiaire de la région de Yamalo-Nénétsie, dans le nord de l’Oural. Son poids politique ne cessait de baisser en Russie, bien avant son interpellation, l’Occident a ainsi obtenu — et au bon moment — sa victime sacrificielle. Pourtant, Navalny n’est pas l’Archiduc, sa mort ne produira aucune onde de choc en Russie et elle ne sortira pas les pays atlantistes de leur impasse face à la Russie. C’est n’est, au-delà du décès d’un être humain, qu’un événement médiatique et non politique.

Guerre contre la Russie : Macron présente l’Accord de sécurité avec l’Ukraine

En même temps que l’Allemagne et suite à la Grande-Bretagne, la France vient de signer pour 10 ans un Accord de sécurité avec l’Ukraine, contournant ainsi la nécessité de son entrée dans l’OTAN et mettant les Français, en rang avec les Allemands et les Britanniques, toujours plus près de la ligne de front. Les intérêts atlantistes valent bien une petite guerre. Scholz et Borrel l’affirment, nous sommes en guerre, il faut en prendre conscience. En êtes-vous bien conscients, puisque c’est vous qui serez concernés, s’il faut aller se battre en Ukraine contre la Russie pour sauver l’Atlantisme ?

Une «Europe de la défense» … financée par la spoliation des actifs russes gelés ?

Le Conseil européen ouvre la voie à l’utilisation des bénéfices des actifs russes gelés, autrement dit à leur spoliation. Il est vrai que la guerre atlantiste en Ukraine coûte cher, de plus en plus, et qu’elle ne va pas se terminer demain. Il faut donc financer l’alignement atlantiste de l’UE, pompeusement appelé «Europe de la Défense» ou service extérieur de l’OTAN. C’est un moyen immoral et illégitime, mais l’UE est en guerre, puisque le monde global en a besoin.

Billet du vendredi : Tucker Carlson a semé la panique dans ce fragile monde occidental avec son interview de Poutine

Une tragédie vient de se dérouler dans notre monde occidental, si apaisé au xanax, si endormi grâce à des doses massives et quotidiennes de téléxomil, si apathique par déni de vie. Une véritable tragédie : Tucker Carlson a pris une interview de Poutine. Ô mon Dieu, il risquerait de réveiller nos masses confortablement somnolentes ! Après tant d’années d’efforts pour les écraser ! Il risquerait de montrer que le Roi occidental … est complètement à poil. Panique à bord !

Poutine annonce la mise en place d’une «zone démilitarisée» en Ukraine

L’intensification de l’attaque du territoire russe par l’armée atlantico-ukrainienne conduit la Russie à adapter sa stratégie militaire dans ce conflit, afin de garantir la sécurité de son territoire. Ainsi,Vladimir Poutine, s’exprimant devant ses représentants pour les élections présidentielles, est-il revenu sur la déclaration de cet été concernant l’établissement d’un «corridor sécuritaire», à savoir une zone démilitarisée sur le territoire ukrainien, tenant compte de la distance de tir des armes de l’OTAN.

Billet du NYT : l’OTAN et l’Europe se préparent à intervenir directement contre la Russie pour sauver le monde global

La militarisation du discours en Occident est un signe de mauvais augure. Alors que nos sociétés en Europe ont été objectivement affaiblies depuis la Seconde Guerre mondiale et boboïsées après la chute de l’Union soviétique, le nouveau pouvoir atlantiste tente de les relever au son du clairon en vue d’une agression de la Russie, par les pays de l’OTAN eux-mêmes, pour sauver le monde global d’un risque de résurgence des Etats et des Nations. Sommes-nous à ce point décérébrés, pour aller mourir la fleur au fusil afin de défendre la domination américaine sur nos terres ? Espérons que non, mais la réponse sera rapidement apportée.

Le silence judiciaire autour de la mise en scène de Boutcha : l’ONU dans l’impasse du mensonge

L’on nous annonçait le procès du siècle contre la Russie pour les soi-disant crimes, qu’elle aurait commis en masse à Boutcha, dans cette ville non loin de Kiev, dont l’armée russe s’est retirée après les fameuses négociations de «paix» de mars 2022. Où en sommes-nous ? Nulle part, évidemment, l’ONU n’a toujours pas été capable de fournir les listes de ces centaines de victimes, dont les Atlantistes ont désespérément tenté d’accuser la Russie après une mise en scène grossière.