Помечено: russie

Des monstres ou des traîtres ? L’armée ukrainienne tire à l’artillerie sur ses prisonniers à Elenovka

Cette nuit, l’armée ukrainienne a utilisé le système américain HIMARS pour tirer très précisément sur les locaux de détention des militaires ukrainiens, prisonniers à Elenovka. Résultat — 40 morts et 75 blessés parmi les Ukrainiens. Ces hommes, sont-ils des monstres ou des traîtres, pour tirer ainsi sur leurs compatriotes ?

Billet d’Odessa : ne pas oublier que l’accord céréalier n’est pas une capitulation de la Russie

La Russie et l’Ukraine ont signé séparément en Turquie, sous l’égide de l’ONU, un accord céréalier. Parce que l’Ukraine a peur d’une nouvelle grande famine, il faut exporter de toute urgence le blé très loin du pays. Parce que les pays de l’OTAN peuvent faire entrer des armes en Ukraine, mais pas sortir de blé pour sauver le monde d’une famine politico-médiatique, il faut le faire passer par la mer Noire.

Le Fake de Vinnitsa ou pourquoi travestir médiatiquement des militaires ukrainiens en civils ?

Le 14 juillet au matin, l’armée russe a tiré sur Vinnitsa, une ville d’Ukraine centrale, située à 200 km au sud-ouest de Kiev. Alors qu’elle a détruit la Maison des Officiers, un centre d’hébergement temporaire et de formation d’officiers ukrainiens, les médias occidentaux, reprenant uniquement la version ukrainienne, déshabillent ces militaires pour en faire des civils. Autrement dit, comment les pouvoirs publics ukrainiens annonceront aux familles de cette vingtaine d’officiers ukrainiens décédés leur mort ? Quel respect pour ses propres hommes … En revanche, les tirs de l’artillerie américano-ukrainienne quotidiens sur des cibles civiles dans les territoires repris et dans le Donbass, notamment hier sur la station de transport dans le centre de Donetsk, qui ont fait deux morts et 6 blessés, personne n’en parle. Eux ce sont des civils, mais ils ne sont pas du «bon» côté.

Discours de Poutine devant les présidents des fractions parlementaires : on n’arrête pas le sens de l’histoire

Si les médias atlantistes se sont principalement arrêtés sur la déclaration de Poutine affirmant que la Russie n’a pas encore commencé les choses sérieuses en Ukraine, l’intérêt de ce discours est surtout la formulation de la raison et des buts de cette intervention : la fin du monde global — de ce «libéralisme totalitaire», le retour à la souveraineté des peuples, la restitution du pouvoir aux Etats et la liberté de défendre sa culture et ses valeurs. L’on n’arrête pas le cours de l’histoire, comme le déclare le Président Poutine, le mouvement lancé par la Russie ne pourra pas être arrêté, l’on ne pourra pas revenir en arrière.

Billet d’humeur : L’armée russe abandonne l’Île des serpents pour des raisons globalistes

Hier, le ministère russe de la Défense a annoncé se retirer de l’Île aux serpents, cette petite île militaire dans la mer Noire, point stratégique permettant le contrôle du ciel, à proximité de la Roumanie et point essentiel pour le contrôle d’Odessa. Formellement, les objectifs ont été remplis et il faut sauver le Soldat Famine.

Billet du jour : de Président français à Super Manu, que reste-t-il de la France ?

Nous apprenons que, pour les besoins de la comm, Macron a délaissé les oripeaux de Président de la République pour engoncer le costume de «Super-Manu «du coin et livrer aux médias sa version de l’entretien téléphonique, qu’il a eu avec le Président russe, juste avant que la Russie ne décide de répondre militairement aux agressions de l’Ukraine, qui ont alors touché le sol russe. Comment la politique peut-elle survivre à la communication ? Mais comment un pays, qui a déjà renoncé à sa souveraineté, pourrait-il se permettre autre chose que de la comm ? Triste journée pour la France …

Après Azovstal, l’usine Azot à Severodonetsk : ces civils, otages de Kiev et de l’Occident

Le scénario d’Azovstal se répète. Des centaines de civils coincés dans les bas-fonds de l’usine Azot à Severodonetsk, interdits de sortir, tenus comme bouclier humain par les militaires ukrainiens et les nombreux mercenaires étrangers et toujours ces médias alignés qui refusent de parler des «otages» pour ne parler que de civils «réfugiés», attaqués par la méchante Russie. Le cynisme n’a manifestement pas de limites, surtout lorsque vous entendez les témoignages de ceux, qui ont pu se sauver — et ne veulent à aucun prix y retourner.

Un Tribunal intermédiaire en préparation à Mariupol contre les criminels de guerre ukrainiens

Comme l’a annoncé le dirigeant de DNR, Denys Pouchiline, et comme les victimes civiles de Mariupol l’attendent, un Tribunal intermédiaire sera constitué à Mariupol d’ici la fin de l’été pour juger des crimes de guerre, commis par les combattants ukrainiens et les groupes néonazis dans la ville, notamment contre les civils.

Les bombardements de Donetsk et le monde merveilleux de France Info

Quand on ne peut plus ouvertement mentir, autant se taire. Telle est manifestement la position de France Info et des médias publics français, étatiques, financés par nos impôts, pour nous servir une propagande de bas étage sur le conflit ukrainien. Ces médias propagent ouvertement et volontairement de la désinformation, à tel point que l’on se demande où s’est enterré le CSA. Prenons l’exemple du bombardement systématique de Donetsk depuis début juin, attribué par France Info à la Russie, qui, devant l’absurdité de l’affirmation gratuite, a retiré cette accusation, pour simplement n’en plus parler. Combien de temps durera cette impunité des médias étatiques français ?

Billet du vendredi : Et si l’on revenait à des identités moins meurtrières ?

L’hystérie anti-russe, qui s’empare de nos sociétés, est inquiétante à plusieurs points de vue, mais surtout en ce qui concerne notre civilisation, et donc notre vision de l’homme dans ce monde en déconstruction. Notre déconstruction. Depuis des années, nous déconstruisons la civilisation européenne, que nos ancêtres ont mis des siècles à établir, combat après combat, note après note, phrase après phrase, en prenant des détours, en revenant à l’essentiel, pour finalement nous faire Homme.

Fake News : non, les soldats ukrainiens ne sont pas «évacués» d’Azovstal, ils se sont rendus à la Russie

Les médias français, soumis à l’ordre lancé par les forces politico-médiatiques globalistes, ont dépassé toutes les limites de leur objectivité habituelle titrant tous comme un seul homme, que «l’évacuation des soldats ukrainiens d’Azovstal continue». Non, les soldats ukrainiens ne sont pas «évacués» (par l’armée russe en passant), ils se sont rendus à l’armée russe : les blessés sont soignés, les autres sont incarcérés à DNR. Volontairement réécrire la réalité afin d’induire le public en erreur, cela s’appelle justement produire des Fakes News. Nos médias se sont collectivement discrédités.

Billet du jour : Ces atrocités commises par l’armée ukrainienne que l’ONU ne condamnera pas

Alors que le Comité des droits de l’homme de l’ONU lance la préparation d’une condamnation internationale de la Russie pour «les crimes» qu’elle aurait commis en Ukraine, les atrocités commises par l’Ukraine contre les soldats prisonniers, contre les civils pris en otage, contre les villes bombardées sans discernement sont simplement écartées d’un revers de phrase, même si elles sont prouvées autrement que par des «photos dans les médias». A la guerre comme à la guerre ! Qu’attendre d’autre de toutes ces instances qui entretiennent la guerre en Ukraine, sinon sa légitimation ?

Azovstal : Les otages du bataillon ukrainien néonazi Azov

Hier, une centaine de civils sont sortis de l’ancienne usine Azovstal, transformée en base militaire ukrainienne à Mariupol et tenue par le bataillon néonazi Azov. Et les gens ont commencé à parler. Mais vous n’en entendrez pas un mot dans les médias occidentaux, car ils condamnent les groupes extrémistes de les avoir retenus contre leur gré. Cela s’appelle une prise d’otages. Et cela constitue un crime de guerre. Pourtant, personne en Occident ne le condamne, chacun se félicite de leur sortie comme si de rien n’était. Ce n’est pas de l’hypocrisie, c’est de la complicité.

La guerre des Tribunaux pénaux internationaux : pour l’Ukraine et pour … la Russie

Le Conseil de l’Europe vient d’être lancé pour que les pays membres présentent leurs derniers hommages au monde global et que, in fine, ils déclarent la guerre à la Russie, puisqu’ils sont sommés de créer un Tribunal pénal international devant enquêter sur les «crimes» soi-disant commis par la Russie en Ukraine (et uniquement eux), afin de donner une apparence civilisée à la condamnation politique des grands responsables politiques et militaires russes.

Patrushev : la politique de l’Occident conduit à la division de l’Ukraine en plusieurs Etats

Suite à l’intensification des livraisons d’armes depuis les pays de l’OTAN et à la normalisation d’une rhétorique guerrière, la Russie, elle aussi s’adapte à cette nouvelle réalité et, désormais, envisage la possibilité d’une division de l’Ukraine en plusieurs Etats. C’est en tout cas ce qu’a déclaré le Secrétaire du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie, Nikolaï Patrushev, qui était avant cela le directeur du FSB.