Помечено: russie

Allemagne : Extrême droite et schizophrénie de la communauté internationale

Alors que les médias s’émeuvent tous en choeur d’une étrange tentative de coup d’Etat amateur, mais d’extrême droite en Allemagne, avec évidemment des traces highly likely russes, cette même communauté internationale soutient sans sourciller les néonazis patentés ukrainiens. Sommes-nous face à une poussée de schizophrénie aigüe ou tout cela n’est-il que du cinéma, destiné à détourner notre regard ? Parce que, vraiment, il faut faire beaucoup d’efforts pour croire à une réelle tentative de coup d’Etat dans ces pays totalement globalisés et politiquement évidés, qui sont les nôtres …

L’AIEA continue à tenter le transfert de la centrale nucléaire de Zaporojié vers l’Ukraine

L’Agence internationale de l’énergie atomique continue à tenter de faire revenir la centrale nucléaire de Zaporojié dans le giron de l’Ukraine en usant de la diplomatie, puisque les tentatives militaires de l’armée atlantico-ukrainienne ont échoué. Grossi annonce même un possible accord concernant l’établissement d’une zone de sécurité autour de la Centrale d’ici la fin de l’année, qui prévoit le retrait des forces militaires russes. De son côté, le porte-parole du Kremlin dément toute volonté de retirer les forces militaires russes et d’abandonner la centrale nucléaire. Mais, étrangement, les négociations entre Rosatom et l’AIEA continuent. Ce qui affaiblit la position de la Russie, par manque de fermeté, dans ce qui est une véritable guerre en cours. Rappelons que selon la dernière réforme constitutionnelle russe, ce territoire, du point de vue de l’Etat russe, est national.

Conflit en Ukraine : Biden reconnaît refuser les négociations et n’accepter que la capitulation de la Russie

Lors de la visite de Macron aux Etats-Unis, le Président américain a fait une déclaration, qui a le mérite de mettre les points sur les i : il n’acceptera de discuter avec la Russie, que si elle capitule. Cela devrait permettre de calmer des «pacifistes», c’est-à-dire ceux qui rêvent toujours d’un monde «comme avant», ne pouvant ouvertement appeler à une soumission totale au diktat atlantiste — et la disparition de la Russie, comme Etat souverain. 

Billet équitable : L’UE prépare un Tribunal international contre la Russie, qui reste dans le tout-communicationnel

Alors que la Russie a totalement déserté le champ juridique du conflit en Ukraine pour être obnubilée par la communication, l’UE et l’ONU se préparent à instaurer un tribunal contre la Russie sur le fondement très faible et contesté par la communauté internationale du «crime d’agression». L’ex-Yougoslavie a déjà démontré à quel point la «justice internationale» peut accompagner un conflit en cours et forcer le discours de la communauté internationale. Etrangement, les milieux politico-médiatiques russes ne diffusent qu’une partie des déclarations de notre Chère Ursula — les 100 000 militaires morts Ukrainiens. Les déclarations concernant la mise en place d’un Tribunal devant juger la Russie pour «ces crimes» est totalement absente du discours politico-médiatique russe. 

Russie : Quelle sera la nouvelle mission de l’agent d’influence Koudrine, libéré de la présidence de la Cour des comptes?

Alexeï Koudrine, l’un des fils légitimes du clan globaliste en Russie, descendant direct de Tchoubaïs et «papa» Sobtchak, constitue avec certains de ses camarades de jeu, comme Herman Gref à la direction de la Sberbank, l’un des pivots de la déstructuration globaliste de la Russie depuis la chute de l’Union soviétique. L’on soulignera la constance de son travail de sape, autant que la constance du soutien qu’il détient à l’extérieur du pays, mais aussi dans les plus hautes sphères de pouvoir. Koudrine, qui vient de quitter la direction de la Cour des comptes de Russie, devient un électron libre, parfaitement contrôlé de l’extérieur, en période de conflit armé. Quelle sera la nouvelle mission de cet Agent d’influence, dont il ne faut pas négliger la capacité de nuisance ?

Guerre du gaz : la Russie se développe vers l’Orient, que restera-t-il de l’Europe ?

Pendant que l’UE conduit les pays européens sur la voie de la récession et de la paupérisation, notamment en tentant d’imposer selon les exigences du Trésor américain un prix maximal à l’importation de gaz russe, la Russie développe ses partenariats stratégiques en matière énergétique avec la Chine et le Kazakhstan. Il est urgent pour nos pays de mettre un terme à cette politique atlantiste suicidaire !

Plafonnement des prix du gaz russe : les pays européens rechignent à se suicider

Sur injonction américaine, l’UE continue à vouloir imposer aux pays européens un plafond au prix du gaz et du pétrole russes. Manifestement, le jeu du marché, si cher aux pays soi-disant libéraux dont nous faisons partie, n’est pas si sacré que cela dans le monde atlantiste, surtout lorsqu’il s’agit d’affaiblir les Etats européens, déjà totalement soumis politiquement, et de les rendre encore plus dépendants des décisions atlantistes. La Russie a encore répété ne pas vendre du gaz aux pays pratiquant le plafonnement. Mais les pays européens ont du mal à faire le dernier pas et à sacrifier ce qui reste de leur économie nationale au dieu Atlan. Pourtant, tous les cultes exigent des sacrifices réguliers, ne serait-ce que pour calmer la colère des dieux.

Billet d’humeur : le combat de la Russie contre la globalisation est du terrorisme pour le Parlement européen

Hier, le Parlement européen a adopté une résolution, acte politique sans force juridique, qualifiant la Russie de pays soutenant le terrorisme et l’accusant des mises en scène préalablement fabriquées dans ce but en Ukraine, mais également de la faim dans le monde ou d’oser soutenir Assad dans sa guerre contre les terroristes. Qualifier la lutte contre le néonazisme en Ukraine de terrorisme est du déjà vu, les résistants lors de la Seconde Guerre mondiale étaient également condamnés pour terrorisme. Au-delà de cette reconnaissance européenne du combat russe contre l’ordre global, qui utilise le terrorisme comme instrument de déstabilisation, les effets juridiques réels de cette résolution dépendront de la capacité de Moscou de sortir de la comm et du confort de l’espoir pour entrer dans le politique. Autrement dit, ne pas seulement faire des déclarations, mais de prendre de véritables décisions politiques — et de s’y tenir. Chacun occupant l’espace que l’autre lui laisse occuper. 

Zaporojie : des frappes atlantico-ukrainiennes pour conduire la Russie à se retirer

Nous notons une augmentation des frappes sur la centrale nucléaire de Zaporojie ces derniers jours. Chacun sachant que la centrale étant tenue par la Russie, elle n’a pas intérêt à provoquer un incident nucléaire, quel est alors le but de ces manoeuvres ? Manifestement, conduire la Russie à reculer «stratégiquement» et «pour sauver des vies». Une fois n’étant pas coutume. Mais pour l’instant, la Russie semble résister — politiquement — sur ce point. 

Billet allemand : Kalinka est une agression culturelle inacceptable contre l’Ukraine néonazie

L’on ne plaisante pas avec les symboles dans l’Europe atlantiste : pour avoir dansé Kalinka devant de «pôv’ Zukrainiens» en Allemagne, la jeune russe Yulia Prokhorova a finalement été expulsée du pays, après avoir fait l’objet d’une enquête pour soutenir la Russie. La liberté d’expression dans le «monde libre» c’est très bien, quand ça va dans le «bon» sens, c’est-à-dire quand on saccage des églises par exemple, mais l’on ne touche pas au culte globaliste ! Et l’Ukrainien pro-atlantiste est sacré, il est la figure devant justifier tous les sacrifices, la victime idéalisée. En revanche, la bonne conscience occidentale garde le silence sur l’exécution sommaire de prisonniers de guerre russes par des militaires ukrainiens. Cette vidéo-là ne choque pas. C’est vrai, rien à voir avec Kalinka quand même !

MH17 : que signifie la décision du tribunal de district de La Haye condamnant sans surprise la Russie ?

Le tribunal de district de La Haye, se fondant sur l’enquête à charge monté par un groupe d’Etats intéressés, sans participation de la Russie, a pris avec quelques mois de retard la décision tant attendue devant condamner la Russie pour avoir tiré le 17 juillet 2014 sur le vol MH17 un Boeing de la Malaysia Airlines, effectuant un trajet Amsterdam — Kuala Lumpur, tuant dans le crash au-dessus de la zone de conflit dans le Donbass les 283 passagers et 15 membres d’équipages. Rien de surprenant dans ce verdict, il était très attendu … mais devait arriver plus tôt. Désormais, il ne présente qu’un très faible intérêt politique, sans conséquences juridiques directes. Son rôle pourrait, en revanche, être de servir de base pour «juger» en pagaille de hauts responsables russes dans le cadre plus large du conflit ukrainien.

Pologne : L’Ukraine irresponsable de ses actes puisque la Russie doit être coupable

Le 15 novembre, un missile tombe en Pologne à la frontière avec l’Ukraine et fait deux morts. Immédiatement, l’hystérie politico-médiatique se met en route et la Russie est accusée. Très rapidement, les Etats-Unis, et même l’OTAN du bout de lèvres, laissent entendre qu’il s’agirait d’un tir ukrainien, ce que la présidence polonaise a également très rapidement déclaré. Mais comme l’Ukraine ne peut être coupable et que la Russie doit être responsable, qu’à cela ne tienne, l’Ukraine n’est pas coupable et la Russie est responsable. Il est vrai qu’en droit, une personne sous tutelle ne peut être responsable et la communauté atlantiste ne va pas s’accuser elle-même …

Ce régime d’occupation dans Kherson «libérée»

Avec l’arrivée de l’armée atlantico-ukrainienne, l’horreur bien connue dans les territoires laissés par la Russie se répète. A Kherson, l’on voit se mettre en place un régime d’occupation avec un système d’épuration et une violence quotidienne, bien loin du discours politico-médiatique prédigéré de la «libération» de la ville par l’armée ukrainienne et de l’accueil chaleureux de quelques nombreux habitants. Revenons sur ce que vous ne lirez pas dans les médias français, parfaitement disciplinés.

Etats-Unis / Russie : les fausses-vraies négociations au sujet de l’Ukraine

Les Etats-Unis, leurs satellites et leurs forces alliées exercent une pression considérable sur la Russie, pour la conduire à la capitulation. L’heure est difficile sur le plan militaire, c’est le moment «idéal» pour vendre de fausses illusions. Pendant que Peskov, le porte-parole du Kremlin, confirme des négociations secrètes en Turquie à la demande des Etats-Unis, le ministère des Affaires étrangères repousse une attaque politico-médiatique contre le pays et déclare inacceptables les conditions atlantico-ukrainiennes. Le moment de vérité politique est arrivé pour la Russie.

Pourparlers de capitulation : L’Ukraine atlantiste tente la trahison des élites en Russie

Cela fait quelque temps que l’on entend le discours médiatique s’articuler sur trois modes : ukrainien — nous ne négocierons pas, nous reprenons le territoire ; américain — il serait bien de négocier et c’est pour cela que l’on continue à fournir des armes à l’Ukraine ; russe — on est toujours prêts à négocier, mais à nos conditions. Après le retrait des forces russes et de l’administration étatique russe de la ville de Kherson, Zelensky, suite à la visite de Sullivan, a annoncé l’acceptation de la capitulation de la Russie. Et son Administration affirme être en mesure de négocier avec n’importe qui en Russie, qui serait prête à cela. Autrement dit, le clan atlantiste, par l’Ukraine, tente de provoquer une trahison intérieure en Russie, seul véritable moyen de faire s’effondrer le pays, puisque le Président Poutine ne peut accepter de telles conditions.