Рубрика: Géopolitique

L’Ukraine, l’avenir de la Géorgie ? Tentation d’un nouveau front en Ossétie du Sud et en Abkhazie

Le front s’étant stabilisé en Ukraine, l’armée russe arrivant à bloquer toutes les tentatives de percée de l’armée atlantico-ukrainienne et elle-même avançant lentement, certes, mais sûrement, les pays de l’Axe sont face à un choix : soit renforcer leur présence militaire dans le conflit ukrainien au risque d’entrer directement en guerre contre la Russie ; soit ouvrir de nouveaux fronts, afin de conduire la Russie à disperser ses forces. La seconde solution est moins dangereuse politiquement, elle semble avoir été choisie. Si la Moldavie est une plateforme possible à terme, mais qu’il faut encore travailler, car la présence militaire de Casques bleus russes en Transnistrie complique la situation, la Géorgie semble être à point et la tentation d’une nouvelle guerre du Causase vers l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie entre dans le discours médiatico-politique, sous couvert de lutte contre «l’occupation» russe de ces territoires, qui ont pourtant déclaré leur indépendance dans les années 91 — 92, à la chute de l’Union soviétique et suite à une agression militaire de la Géorgie à l’encontre. Des territoires, que la Russie est juridiquement chargée de protéger depuis les Accords de Sotchi de 1992, conclus suite à la première défaite géorgienne.

Wagner ou les dangers de la «privatisation» postmoderne d’une guerre de libération nationale

La question de l’implication d’une armée privée sur le sol national est particulièrement controversée. Au-delà des avantages tactiques, elle provoque des effets négatifs de grande ampleur, comme l’illustre parfaitement l’instrumentalisation par les médias occidentaux des relations sulfureuses entre Prigogine, l’oligarque propriétaire de l’armée privée Wagner, et le ministère russe de la Défense. Comme l’a souligné avec une grande justesse le ministère, la médiatisation de ces relations objectivement complexes existantes entre les deux n’est utile qu’à l’ennemi. Sur le fond, comment des entreprises privées peuvent-elles à ce point participer de manière «indépendante» à une guerre menée par un Etat sur son territoire ? Cette «privatisation» du conflit, parfaitement au goût postmoderne, soulève de nombreuses questions … 

Immigration idéologique : la Russie, terre d’accueil des partisans de la liberté, des valeurs traditionnelles et de la culture

Le conflit, qui touche aujourd’hui les pays atlantistes et la Russie, est avant tout un conflit idéologique. Chaque clan porte une vision du monde, qui lui est propre et qui n’est pas compatible avec l’autre. Soit vous portez le culte des minorités, soit vous donnez la possibilité à chacun d’être lui-même ; soit vous niez les racines culturelles et civilisationnelles, soit vous permettez à une civilisation de se développer dans la continuité et en profondeur ; soit vous niez l’intérêt national, soit vous trouvez légitime qu’un Etat protège les intérêts de sa population.  En ce sens, la Russie se pose aujourd’hui comme le défenseur potentiel des valeurs traditionnelles, un modèle anti-globaliste en perspective, en tout cas si elle arrive, comme le souligne Nikita Mikhalkov avec force et arguments, à faire le ménage dans les élites globalistes, qui entourent toujours le Président russe. Afin de préparer le terrain, un Comité d’accompagnement de l’immigration idéologique se met en place avec l’appui des députés et de la société civile : il existe une terre d’accueil pour les désespérés de la globalisation et la Russie est prête à accueillir les ressortissants des pays de l’OTAN, qui veulent vivre en paix, en harmonie et de manière civilisée. Que cet appel soit entendu !

Les Etats-Unis financent une bonne image de l’OTAN et l’implantation de leurs valeurs en Finlande

Les Etats-Unis se préparent à financer la prise en main de la société finlandaise, pour la faire définitivement passer aux «valeurs» américaines, en soutien à l’OTAN. Mais il est vrai que la Finlande a perdu son autonomie politique en perdant sa neutralité militaire, fragile équilibre choisit après la Seconde Guerre mondiale, en raison de son statut d’allié de l’Allemagne nazie. Décidément, la Finlande répète toujours les mêmes erreurs …

Le conflit autour des concessions russes du cimetière de Sainte-Geneviève-des-Bois et l’enjeu de l’immigration des Russes blancs

Le cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois est étrangement apparu à la Une des actualités, tant en France qu’en Russie : alors que 70% des tombes de l’immigration russe blanche et des grands hommes de la culture russe sont pris en charge par la Russie depuis 2005, désormais la Ville refuse le paiement des concessions par la Banque Centrale russe. Le problème, est-il réellement simplement technique ou bien au-delà de la russophobie d’Etat en France ne peut-on voir une tentative de reprise en main de l’immigration blanche, qui devient de plus en plus pro-russe ?

Alexander Graf Lambsdorff : l’Allemagne se prépare à envoyer à Moscou un ambassadeur atlantiste et anti-russe

De la manière dont un Etat envisage la conduite de ses relations avec un autre Etat, va dépendre le choix de la personnalité pressentie pour diriger la mission diplomatique dans le pays d’accueil. Selon les dires du journal allemand Spiegel, l’Allemagne se prépare à envoyer au poste d’Ambassadeur à Moscou Alexander Graf Lambsdorff, atlantiste actif et anti-russe convaincu. Décidément, les pays européens ne cherchent en rien à normaliser les relations avec la Russie et continuent à servir les intérêts américains.

Le Serpent de mer de l’impossible réforme de l’ONU

La question de la réforme du Conseil de sécurité de l’ONU revient souvent à l’ordre du jour ces derniers temps. En effet, sans l’annoncer ouvertement, car ce serait un suicide politique, l’enjeu fondamental de ce discours est d’acter la fin de l’existence des Etats sur la scène internationale, puisque les conflits pourraient alors être réglés par un organe supérieur à ces Etats. Mais pour cela, il faut soit expulser la Russie de ce mécanisme, soit lui faire perdre son droit de veto. L’UE et l’Ukraine y travaillent, entraînant dans leur chute l’ONU. Finalement, ce ne serait pas une mauvaise chose de redéfinir l’arcane des relations internationales.

Le Sénat américain prévoit de légaliser la spoliation des actifs russes gelés

A l’occasion du vote du budget, le Sénat américain adopte un amendement prévoyant la possibilité d’utiliser pour l’Ukraine, les actifs russes gelés suite aux sanctions adoptées par les Etats-Unis contre la Russie. L’idée d’une spoliation des actifs russes devient de plus en plus à l’ordre du jour, surtout que la guerre coûte cher et que l’Ukraine est évidemment incapable de rembourser tout ce qui lui est fourni, en armement et en prêts. La Russie, consacrée «ennemi» par le discours politico-médiatique atlantiste, se voit enfermée dans un droit de l’ennemi, qui la prive de ses droits ordinaires — pour des raisons politiques. La guerre a ses raisons que le droit ne connaît pas. Le vainqueur, de toute manière aura raison. Le droit est un instrument, les Occidentaux savent parfaitement le manipuler.

Le Parlement européen s’apprête à voter le mythe du Holodomor, créé aux Etats-Unis dans les années 80

Sur fond de conflit ukrainien, il est important pour l’Axe atlantiste d’encrer dans l’opinion publique l’image de l’Ukraine victime. D’une Ukraine pas uniquement victime aujourd’hui, mais historiquement victime, déjà de la vilaine Union soviétique. Pour cela, le vieux mythe du Holodomor est très utile. Créé aux Etats-Unis dans les années 80, il est parfaitement réutilisé aujourd’hui en Europe et le Parlement européen, discipliné, se prépare à voter ce 15 décembre une résolution historiquement fausse, mais idéologiquement indispensable, faisant porter la responsabilité de la famine en Ukraine dans les années 1932 et 1933 sur les épaules d’un Staline, qui voulait soi-disant éliminer physiquement le peuple ukrainien. Mettons donc en lumière quelques éléments historiques et voyons comment ce mythe, dans lequel le Parlement européen se prépare à plonger, a été créé de toute pièce pour les besoins du combat géopolitique des Etats-Unis contre l’URSS. Les choses ne changent pas tellement …

Allemagne : Extrême droite et schizophrénie de la communauté internationale

Alors que les médias s’émeuvent tous en choeur d’une étrange tentative de coup d’Etat amateur, mais d’extrême droite en Allemagne, avec évidemment des traces highly likely russes, cette même communauté internationale soutient sans sourciller les néonazis patentés ukrainiens. Sommes-nous face à une poussée de schizophrénie aigüe ou tout cela n’est-il que du cinéma, destiné à détourner notre regard ? Parce que, vraiment, il faut faire beaucoup d’efforts pour croire à une réelle tentative de coup d’Etat dans ces pays totalement globalisés et politiquement évidés, qui sont les nôtres …

Division SS «Galicie» : la Cour suprême ukrainienne ne voit aucun lien avec le nazisme

La Cour suprême ukrainienne vient de blanchir le régime néonazi post-Maïdan en déclarant très sérieusement que la Division «Galicie» ou 14e division d’infanterie SS Galicienne N°1 n’a pas de symboliques nazies, elle ne peut donc être interdite en Ukraine aujourd’hui. Et pour cause, la symbolique de cet organe, intégré dans les SS, qui a été utilisé pour lutter contre la résistance en Europe de l’Est, est reprise aujourd’hui par de nombreux membres de cette nouvelle armée atlantico-ukrainienne. De la collaboration servile et acharnée à la lutte contre tout résistance, les traditions manifestement reviennent à la charge en Ukraine … Revenons un peu sur l’histoire et les tristes gloires de la Division «Galicie», puisque c’est cette Ukraine que l’Occident atlantisé a décidé de ressuciter.

Guerre du gaz : la Russie se développe vers l’Orient, que restera-t-il de l’Europe ?

Pendant que l’UE conduit les pays européens sur la voie de la récession et de la paupérisation, notamment en tentant d’imposer selon les exigences du Trésor américain un prix maximal à l’importation de gaz russe, la Russie développe ses partenariats stratégiques en matière énergétique avec la Chine et le Kazakhstan. Il est urgent pour nos pays de mettre un terme à cette politique atlantiste suicidaire !

Plafonnement des prix du gaz russe : les pays européens rechignent à se suicider

Sur injonction américaine, l’UE continue à vouloir imposer aux pays européens un plafond au prix du gaz et du pétrole russes. Manifestement, le jeu du marché, si cher aux pays soi-disant libéraux dont nous faisons partie, n’est pas si sacré que cela dans le monde atlantiste, surtout lorsqu’il s’agit d’affaiblir les Etats européens, déjà totalement soumis politiquement, et de les rendre encore plus dépendants des décisions atlantistes. La Russie a encore répété ne pas vendre du gaz aux pays pratiquant le plafonnement. Mais les pays européens ont du mal à faire le dernier pas et à sacrifier ce qui reste de leur économie nationale au dieu Atlan. Pourtant, tous les cultes exigent des sacrifices réguliers, ne serait-ce que pour calmer la colère des dieux.

Grande-Bretagne : un juge britannique légitime contre le droit une atteinte au déchargement de pétrole russe

C’est la fin de l’état de droit en Grande-Bretagne. Ce n’est pas que l’état de droit se porte à merveille dans le Vieux Monde, mais les systèmes judiciaires tentaient tant bien que mal d’en préserver les apparences. Même les apparences viennent de tomber : un juge britannique a acquitté des activistes de Greenpeace empêchant le déchargement de pétrole russe … car il est russe. Et le juge a estimé contre la législation légitimer un délit. Quand la politique prévaut sur le droit, c’est la fin du droit. Sans le droit, il ne reste que la force.