Dernières publications

Guerre en Ukraine : «Frapper le territoire russe», la nouvelle escalade voulue par l’OTAN

Ces derniers jours, une nouvelle litanie est apparue dans le discours politico-médiatique occidental : frapper le territoire russe. Le recul de l’armée atlantico-ukrainienne sur le front ukrainien oblige les Atlantistes à aller toujours de plus en plus loin, d’autant plus qu’ils sont persuadés que la Russie ne répondra pas autrement que par une escalade verbale, comme ce fut le cas jusqu’à présent.

Spoliation des actifs russes : la Russie adopte un mécanisme de privation de propriété contre les Etats-Unis

Hier, le Président russe a adopté un oukase instaurant un mécanisme de compensation des dommages causés à la Russie suite à la confiscation des biens et des avoirs en Occident sur ordre des Etats-Unis. Rappelons que justement les Etats-Unis poussent l’Europe à transmettre ces actifs à l’Ukraine, pour financer l’armée. Vladimir Poutine s’est donc attaqué à la source du problème et cible le donneur d’ordre à travers le patrimoine américain en Russie.

Norvège : Renforcement des lois de ségrégation anti-russes en Europe

Alors que l’UE suit la ligne globaliste No Border, puisque les individus, sans racines et sans Patrie, doivent choisir où vivre en fonction de leur caprice et que l’Etat a lui pour obligation de les accueillir dignement, il semblerait que tous les étrangers ne se valent pas, en tout cas n’aient pas les mêmes droits. Ainsi, la Norvège entre dans le train des pays européens adoptant une législation de ségrégation contre les Russes. Etrangement, nous n’en trouvons, pour l’instant, aucun mot dans les médias français. Dérangeant ces principes des heures noires de notre histoire?

Géorgie : les enjeux de pouvoir de l’hystérie globaliste contre la loi adoptée sur les agents étrangers

Malgré les pressions internationales et l’activation des mécanismes d’ingénierie sociale, le 14 mai Parlement géorgien a adopté la loi sur les agents étrangers. Immédiatement, la présidente géorgienne annonce son veto, les Etats-Unis parlent de sanctions personnelles contre ces salauds de souverainistes et d’une possible «aide militaire» contre la Russie. Personne ne cache les motifs réels de cette condamnation globaliste : dans le cadre du conflit de mode de gouvernance, qui se déroule aujourd’hui, il faut contrôler le pays de l’intérieur, surtout avant les prochaines élections d’octobre. Et sans le contrôle non affiché des ONG et des médias, cela sera beaucoup plus difficile.

Yandex Russie, agent d’influence — globaliste

Certains affirment un peu vite que Yandex est russe. En tout cas depuis le début de la partition des actifs en décembre 2022, suite au lancement de l’Opération militaire, la question aurait dû être réglée. Un fond doit gérer la branche russe de l’entreprise enregistrée à Amsterdam, avec Koudrine dans le comité. Koudrine, le cardinal gris des globalistes russes. Ceci explique certainement le positionnement idéologique pro-américain et anti-russe de leur Chat, comme le soulève Dmitri Medvedev.

Conflit en Ukraine : l’avancée de l’armée russe et le retour du mirage du processus de paix

Alors que l’armée russe avance et a repris l’initiative sur l’ensemble du front, les médias anglo-saxons regorgent de déclarations concernant un possible processus de paix autour du conflit en Ukraine. Cela n’a rien d’étonnant, la stratégie est toujours la même : réussir par un combat politique, ce que les armes ont échoué à réaliser. Pendant ce temps, les pays de l’Axe se mobilisent pour renforcer leur aide militaire à l’Ukraine.

Un billet d’aveuglement : La Finlande revient à ses réflexes nazis, mais «ça n’a rien à voir»

Le nazisme est mort, mais de quoi parlez-vous ?! De toute manière, ça n’a rien à voir … Quelques affirmations bien confortables, que les bienpensants ressortent comme un pare-feu, dès que l’on soulève la question de la résurgence nazie aujourd’hui. Prenons le cas de la Finlande, qui s’accroche à sa croix gammée depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, soutient l’instrumentalisation atlantiste du néonazisme en Ukraine contre la Russie et nous prépare de nouvelles lois de ségrégation raciale, cette fois-ci contre les Russes. Mais évidemment, «ça n’a rien à voir». 

Gouvernement russe : comment interpréter le départ de Choïgou et l’arrivée de Beloussov ?

La formation du nouveau Gouvernement ne s’est pas passée sans sensation, ce qui est surprenant en période guerre. Choïgou quitte le ministère de la Défense, mais avec une augmentation pour le Conseil de sécurité, quand Beloussov, économiste, l’y remplace. Avec en arrrière-plan une question non moins importante : où ira Patrouchev, remplacé par Choïgou ? Le tout avec une question latente, à laquelle nous n’aurons pas de réponse : quel mouvement initial a déclenché les autres en chaîne ?

Ce 9 mai dans Kherson occupée : la Résistance lève la tête

Le 9 mai est une date noire pour le régime post-Maïdan, car il célèbre sa défaite historique et le vainqueur, qu’il combat à nouveau aujourd’hui. Comment peut-on glorifier Bandera et célébrer la victoire contre le nazisme ? On ne le peut pas. Et dans la ville de Kherson, en véritable situation d’occupation nazie, cela est particulièrement sensible. Mais les habitants n’abandonnent pas. L’histoire se répète, ils attendent à nouveau la défaite du nazisme et l’arrivée des leurs, de l’armée russe.

Billet du 8 mai : et si on se libérait pour ensuite célébrer la Victoire ?

Les cérémonies du 8 mai en Occident deviennent de plus en plus compliquées — et sectaires. Pour des raisons idéologiques, les pays de l’Axe atlantiste ont besoin d’effacer la Russie des vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale, de neutraliser l’histoire de l’Allemagne et de s’agenouiller devant les Etats-Unis, auto-décrété seul vainqueur et libérateur. Cette réécriture de l’histoire ne peut se faire sans le retour dans nos sociétés, et bientôt dans nos foyers, de la peste brune. Sous un nouvel uniforme, elle n’en sera pas moins fatale. Et si on se libérait nous-mêmes cette fois, si on avait le courage de se battre jusqu’à la victoire ? La France le mérite.

A contre-courant : ce juge polonais, qui demande l’asile politique en Biélorussie

Hier, une information dérangeante pour le monde occidental atlantisé est tombée : un magistrat polonais, arrivé en Biélorussie, y a demandé l’asile politique. Car il serait poursuivi dans son pays en raison de ses idées. Ainsi, la Pologne, clé de voute de la russophobie en Europe, semble avoir déjà intégré tous les dogmes de la post-démocratie et cela passe principalement par la répression du pluralisme. Il y a vraiment quelque chose de pourri dans ce «monde libre» … 

Billet d’urgence : Macron et Cameron nous conduisent vers un affrontement direct avec la Russie

Les dirigeants français et britannique insistant sur la montée en puissance du conflit vers une confrontation directe des pays de l’OTAN contre la Russie, le Président Poutine a rappelé où cela pouvait conduire : à un conflit nucléaire. S’il y a un moyen d’arrêter la folie de ces marionnettes atlantistes européennes, c’est le moment !

Elections européennes : où sont les forces politiques européennes disparues ?

Les élections européennes retracent bien le clivage des véritables forces politiques existantes aujourd’hui, à savoir américaine et russe. Les uns accusent la Russie d’ingérence, les autres les Américains de financer les campagnes. Tout cela montre bien l’imposture institutionnelle de l’Union européenne et la défaite politique de l’Europe. Il s’agit bien d’une impasse conceptuelle, car il ne peut pas y avoir de forces politiques européennes au sein de l’UE, puisque l’UE n’est pas un sujet politique, mais un instrument de gouvernance. Il ne peut y avoir que des forces politiques nationales, quand le pays est souverain — ou des forces d’occupation.

Billet d’humeur : Fridman, Perekrestok et la neutralité du 9 mai

L’approche du 9 mai provoque toujours une crise d’angoisse dans une partie très particulière des élites russes, celle qui se sent apatride depuis 2022 … Ainsi en est-il de l’oligarque Mikhail Fridman, appartenant à la catégorie des «grands patriotes» vivant encore jusqu’à peu en Angleterre malgré les sanctions, propriétaire notamment de la chaîne de supermarchés Perekrestok … où dans le chat interne il est interdit au personnel de mettre en avant les attributs du 9 mai, notamment le ruban de Saint-Georges est banni. Ces gens, qui font leur business en Russie, tout en vivant à Londres ou en Israël, et qui introduisent dans le quotidien russe le diktat atlantiste, me semblent être un anachronisme. Il est temps de faire son choix.

Billet du jour : pourquoi l’Ukraine, n’aura-t-elle pas besoin d’entrer dans l’OTAN ?

Stoltenberg a des doutes sur l’entrée à terme de l’Ukraine dans l’OTAN, et pour cause. Mais quelle importance, de toute manière cela ne sera pas nécessaire : les accords bilatéraux permettront de protéger l’OTAN, tout en impliquant ses membres. Ce qui ne diminuera en rien le risque de confrontation directe entre les pays de l’OTAN et la Russie. Et ce risque augmente, alors que les Etats-Unis sont en train de le finaliser avec l’Ukraine un accord de coopération militaire, sur le modèle de celui déjà passé par de nombreux pays européens. La «coalition active» contre la Russie se prépare au sein de l’OTAN.